Menu Site Découvrir De Gaulle
behrendt

Entre les deux Grands: exemples de caricatures

La présidence du général de Gaulle est marquée par la décolonisation d’une part et la Guerre froide d’autre part. C’est dans ce contexte qu’il met tout en œuvre pour mener sa politique d’indépendance nationale, appuyée par la création et le développement de l’arsenal nucléaire français.

Vis-à-vis des deux grandes puissances, il entend mener une politique de coopération, sans jamais remettre en cause sa fidélité au bloc occidental. Opposé au principe de riposte graduée, de Gaulle quitte le commandement intégré de l’Otan en 1966.

 

behrendt

Behrendt, Fritz Behrendt, « Les concurrents », Fritz Behrendt’s Omnibus, 1963(Fritz Behrendt/CVCE).

Le dessin de Behrendt résume très bien la situation  provoquée par de Gaulle. Malgré le déclin de la puissance française, de Gaulle n’en veut pas moins conserver le prestige de la France à l’échelle internationale. Les deux symboles de l’industrie automobile française et américaine – la 2 CV et la Cadillac – s’affrontent donc dans une allégorique course à l’armement.

 

Baringou

Baringou, France Observateur, 17 septembre 1964

Les deux blocs ne sont pas les seuls à intéresser de Gaulle. Ses nombreux voyages à l’étranger exaltent l’indépendance française et se donnent pour mission de montrer qu’il existe une troisième voie, à la française, face au monde bipolaire. En septembre-octobre 1964, son voyage en Amérique latine se situe dans cette veine. Le dessin de Baringou critique néanmoins la position de De Gaulle qui, s’il se fait le chantre de la coopération entre les nations et de l’indépendance nationale, tient à façonner le monde à son image : une coopération certes, mais dont la France aurait la maîtrise.