Menu Site Découvrir De Gaulle
fablequartier1

Le défense nationale en caricature

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de Gaulle prend conscience de l’importance de la dissuasion nucléaire. Dans une scène internationale marquée par la Guerre Froide, il  refuse que la France soit assujettie à l’un des deux blocs – atlantique et soviétique. Les premiers essais nucléaires en 1960 à Reganne sont un tournant : désormais c’est le chef de l’Etat qui est le responsable et le garant de cette arme décisive pour la défense nationale. Il fait donc du développement d’une force de frappe indépendante une de ses priorités tout au long de ses mandats et cette volonté sera perpétuée par tous ses successeurs.

Ce n’est pas la première fois que de Gaulle est dessiné en autruche, déjà Jean Effel le figurait ainsi dans un dessin où de nouvelles armoiries lui étaient proposées en remplacement du coq gaulois; l’une d’elles était une autruche aux allures gaulliennes. Le rapprochement est facile : physique, par la grande taille du président ; politique – et c’est là le cœur  de la critique –  l’oiseau étant réputé se cacher la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité.

En comparant de Gaulle à cet animal, l’auteur dénonce ce qu’il ressent comme une « hypocrisie » de sa politique. Dans son discours de Phnom Penh prononcé le 1er septembre 1966, et devant 100 000 Cambodgiens, de Gaulle avait exalté la paix entre les peuples, reproché aux Etats-Unis leur présence au Vietnam et réaffirmé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Pour Escaro, qui réalise son dessin en 1966, au moment du voyage de de Gaulle au Cambodge, cette politique en faveur de la paix dans le Monde n’était pas compatible avec le développement de l’arsenal nucléaire français.

 

fablequartier1

escaro2 

 Escaro, »L’autruche de la paix », Le Canard enchaîné, 31 août 1966 (Escaro/ Collection BDIC/MHC/Le Canard enchaîné).