Menu Site Découvrir De Gaulle
adieuxfontainebleau

De Gaulle sous les traits de Napoléon 1er

Moisan, « Les adieux manqués de Fontainebleau », Le Canard enchaîné, 23 juin 1965 (ADAGP, Paris 2012, BNF/Le Canard enchaîné.

Les dessinateurs qui comparent de Gaulle à Napoléon apprécient particulièrement le moment ou De Gaulle/ Napoléon quitte le pouvoir. Pour rappel, l’empereur abdique et est exilé sur l’île d’Elbe en avril 1814, mais reprend le pouvoir durant la période dite des Cent-Jours, pouvoir qu’il perd définitivement lors de sa défaite à Waterloo.

Le dessin réalisé par Moisan en 1965 montre de Gaulle, alors président de la République, prié par ses ministres de rester au pouvoir en se présentant à l’élection présidentielle. On sait en effet que de Gaulle hésita longtemps. Il est finalement élu à cette première élection au suffrage universel non sans avoir été mis en ballotage au premier tour par le candidat de la gauche, François Mitterrand. Contrairement à Napoléon qui abdique à Fontainebleau pour revenir au pouvoir un an plus tard, de Gaulle n’aura même pas besoin de partir un instant.

adieuxfontainebleau

Moisan, « Les adieux manqués de Fontainebleau », Le Canard enchaîné, 23 juin 1965 (ADAGP, Paris 2012, BNF/Le Canard enchaîné.

Le dessin de Pol Ferjac fait référence au référendum de 1969. De Gaulle connaît les risques pris lors de cette consultation sur la régionalisation et la réforme du Sénat. Conformément à l’engagement pris devant les Français, se sentant désavoué par l’échec du « oui », il quitte définitivement le pouvoir : les adieux, cette fois, ne sont pas manqués. Ce dessin, réalisé quelques jours avant le référendum, laisse présager qui sera son successeur… Pompidou est en effet le seul à ne pas pleurer.

 

annéenapoleon

Pol Ferjac : Pol Ferjac, »L’armée Napoléon »,  Le Canard enchaîné, 16 avril 1969 (Anouk Ferjac/ Collection BDIC/MHC/ Le