Menu Site Découvrir De Gaulle
Manifestation nationaliste du 8 mai 1945 à Sétif

CHRONOLOGIE – La guerre d’Algérie

Manifestation nationaliste du 8 mai 1945 à Sétif. Tous droits réservés.

1943

12 décembre Le général de Gaulle se rend à Constantine où il prononce un discours  annonçant que les droits électoraux des musulmans d’Algérie seront considérablement élargis.
18 décembre Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion  de la rentrée solennelle de l’université d’Alger exaltant “ce foyer chargé de répandre notre civilisation au milieu d’élites africaines“.

1944

31 août Le siège du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) est transféré d’Alger à Paris.

1945

8 mai Ratification de la capitulation allemande à Berlin en présence du général de Lattre de Tassigny. De violentes émeutes éclatent à Sétif, en Algérie.
9 mai Les manifestations de Sétif sont violemment réprimées.

1947

18 août Le général de Gaulle prend position sur le statut de l’Algérie indiquant notamment la nécessité  de créer dans le cadre de la souveraineté française une assemblée locale où seront débattus les problèmes qui concernent spécifiquement les trois départements algériens.
12 octobre Le général de Gaulle se rend à Alger pour faire campagne pour les élections municipales des 19 et 26 octobre. Dans son discours, il condamne le nouveau statut des départements algériens.

1948

4-11 avril Elections à l’Assemblée algérienne : succès des listes Union algérienne et RPF (42 élus sur 60 pour le premier collège).

1949

20-27 mars Elections cantonales : le Rassemblement du Peuple français (RPF) obtient 546 élus (Algérie comprise) et 31% des voix.

1951

4 et 11 février Les élections à l’Assemblée algérienne confirment la prééminence du Rassemblement du Peuple français (RPF) en Algérie.
26 mai Le général de Gaulle prononce un discours à Oran, place Foch.
27 mai Le général de Gaulle prononce un discours au Forum d’Alger et à Constantine, place Turpin.

1954

1er novembre Déclenchement de la rébellion armée en Algérie.

1955

25 janvier Jacques Soustelle (Républicain social) est nommé gouverneur général de l’Algérie.
29 novembre Démission du gouvernement d’Edgar Faure.
30 novembre Le Conseil des ministres décide la dissolution de l’Assemblée.
2 décembre L’Assemblée nationale est dissoute (la dernière dissolution remontait à 1879).
12 décembre Le gouvernement décide d’ajourner les élections en Algérie.

1956

2 mars Le Maroc accède à l’indépendance.
20 mars La Tunisie accède à l’indépendance.

 1957

10 mars Le général de Gaulle arrive à Colomb-Béchar.
11 mars Le général de Gaulle se rend à Hammaguir.
12 mars Le général de Gaulle visite les mines de Kenadsa et regagne Colomb-Béchar.
13 mars Le général de Gaulle se rend à Tindouf et à Atar.
14 mars Le général de Gaulle se rend à Fort-Gouraud et à Tamanrasset.
15 mars Le général de Gaulle se rend à Assekrem.
16 mars Le général de Gaulle se rend à Tamanrasset, Edjelé et Ouargla.
17 mars Le général de Gaulle se rend à Hassi-Messaoud et Ghardaïa.
18 mars Le général de Gaulle regagne Paris.
1er et 2 juin Conseil national des Républicains sociaux où sont débattues les questions de la crise gouvernementale, des traités européens et de l’Algérie.
12 septembre Le général de Gaulle fait publier un démenti concernant les intentions qui lui sont prêtées quant à l’Algérie.
11 novembre Manifestation à Alger des Européens d’Algérie contre la loi-cadre.

1958

15 avril Démission du gouvernement de Félix Gaillard.
17 avril Un appel est lancé demandant le retour au pouvoir du général de Gaulle.
18 avril A Paris, création d’un Comité républicain pour l’appel au général de Gaulle.
11 mai L’éditorial de l’Echo d’Alger, signé Alain de Sérigny lance un appel direct au général de Gaulle : “Je vous en conjure, parlez, parlez vite, mon général“.
12 mai Formation du gouvernement par Pierre Pflimlin.
13 mai A 17 heures, soulèvement à Alger, occupation du Gouvernement général et création d’un Comité de Salut public.
  Le gouvernement de Pierre Pflimlin est investi à l’Assemblée nationale.
14 mai Le Comité de Salut public d’Alger lance un appel au général de Gaulle pour constituer un gouvernement de Salut public.
15 mai Le général de Gaulle déclare “se tenir prêt à assumer les pouvoirs de la République“.
16 mai L’Assemblée nationale vote l’état d’urgence. Le général Ely, chef d’état-major général donne sa démission.
Fondation de l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine présidée par Bernard Dupérier. Le siège de l’Association est fixé 5, rue de Solférino.
19 mai Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais d’Orsay au cours de laquelle il explique sa déclaration du 15 mai.
22 mai Antoine Pinay rend visite au général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises.
24 mai Un Comité de Salut public, essaimé de celui d’Alger, se constitue à Ajaccio.
26 mai Le général de Gaulle rencontre Pierre Pflimlin, président du Conseil, au domicile de M. Bruneau, conservateur du domaine de Saint-Cloud.
27 mai Le général de Gaulle publie un communiqué indiquant qu’il a entamé le processus régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement républicain capable d’assurer l’unité et l’indépendance du pays. Il désapprouve par avance toute action ou initiative qui porterait atteinte à l’ordre public.
28 mai Démission du gouvernement de Pierre Pflimlin.
Manifestations à Paris en faveur de la défense de la République.
Le général de Gaulle rencontre dans la nuit André Le Troquer, président de l’Assemblée nationale et Gaston Monnerville, président du Sénat au domicile de M. Bruneau, conservateur du domaine de Saint-Cloud.
29 mai A 5 heures du matin, le général de Gaulle retourne à Colombey-les-deux-Eglises.
Dans un message aux Assemblée, le président de la République René Coty annonce qu’il a décidé de faire appel au “plus illustre des Français“.
De retour à Paris, le général de Gaulle s’entretient à 19 heures avec le président René Coty au palais de l’Elysée.
A 21h30, le général de Gaulle publie un communiqué dans lequel il annonce ses conditions pour gouverner : pleins pouvoirs et mandat constituant.
A 21h30, le président Coty publie un communiqué annonçant qu’il a fait appel au général de Gaulle pour former le nouveau gouvernement et que celui-ci a accepté
Dans la nuit, le général de Gaulle regagne Colombey-les-deux-Eglises.
1er juin A 15 heures, le général de Gaulle lit sa déclaration d’investiture devant l’Assemblée nationale qui lui accorde à 21h. 15 par 329 voix contre 224.
Le général de Gaulle publie la composition de son ministère.
2 juin L’Assemblée nationale accorde les pleins pouvoirs au gouvernement du général de Gaulle et vote le projet de loi le chargeant de la réforme constitutionnelle, projet qui sera soumis à référendum.
3 juin La session parlementaire est suspendue.
3-7 juin Le général de Gaulle effectue un voyage en Algérie.
4 juin Le général de Gaulle prononce un  discours à Alger annonçant qu’il n’y aura plus qu’un seul collège électoral en Algérie.
5 juin Le général de Gaulle prononce des discours à Constantine et à Bône.
6 juin Le général de Gaulle prononce des discours à Alger, Mostaganem et Oran.
13 juin Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé depuis l’hôtel Matignon dans lequel il appelle à l’effort pour le redressement national et annonce une nouvelle organisation des liens de la métropole avec les peuples d’Afrique et de Madagascar.
14 juin Signature d’un accord franco-marocain relatif au stationnement des troupes françaises au Maroc.
1er-3 juillet Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection de l’armée en Algérie.
1er juillet Le général de Gaulle se rend à Constantine.
2 juillet Le général de Gaulle se rend à Taka, Tizi-Ouzou et Fort-National.
3 juillet Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger où il annonce un prochain plan de développement économique et accorde le droit de vote aux femmes musulmanes.
Le général de Gaulle s’entretient avec le général Massu, préfet d’Alger, avec de nombreuses personnalités musulmanes mais refuse de recevoir le Comité de Salut public.
8 août Le général de Gaulle prononce un discours devant le Comité consultatif constitutionnel dans lequel il déclare que les populations d’outre-mer pourront opter entre l’indépendance et l’association. Il souligne les points qu’il juge essentiels dans la nouvelle constitution : large collège électoral pour l’élection du président de la République, nécessité de reconnaître au chef de l’Etat les moyens de la légitimité nationale en cas de crise grave et incompatibilité des fonctions ministérielles et parlementaires.
4 septembre Le général de Gaulle prononce un discours place de la République à Paris dans lequel il présente la nouvelle constitution et demande au peuple de l’approuver.
28 septembre Le projet de constitution est approuvé par 79,2% des suffrages exprimés en métropole, 96% en Algérie et 93% dans les départements et territoires d’outre-mer.
La Guinée qui a majoritairement répondu “non” devient indépendante.
2-3 octobre Le général de Gaulle effectue un voyage en Algérie.
3 octobre Le général de Gaulle prononce un discours à Constantine où il annonce la mise en oeuvre d’un plan économique et social dit “plan de Constantine”.
9 octobre Le général de Gaulle adresse des instructions au général Salan concernant la préparations des élections législatives en Algérie.
14 octobre Le général de Gaulle donne l’ordre aux militaires de se retirer des comités de Salut public.
  La République malgache est proclamée.
23 octobre Le général de Gaulle tient une conférence de presse à l’hôtel Matignon où il évoque la situation en Algérie  et lance un appel à “la paix des braves“.
3-7 décembre Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection de l’armée en Algérie.
3 décembre Le général de Gaulle est Télergma, Aïn-Abid et à Bône.
4 décembre Le général de Gaulle est Ouenza, Tébessa et Hassi-Messaoud.
5 décembre Le général de Gaulle est à Edjelé et Touggourt.
6 décembre Le général de Gaulle est à Hassi-R’Mel et à Alger.
7 décembre Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger.
21 décembre Le général de Gaulle est élu président de la République et de la Communauté par 78,5% des suffrages exprimés.

1959

8 janvier Le général de Gaulle prend ses fonctions de président de la République et de Communauté.
Le général de Gaulle nomme Michel Debré Premier ministre.
Le général de Gaulle décide de mesures de clémence à l’égard des rebelles algériens.
25 mars Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais de l’Elysée sur les questions de politique étrangère (Algérie, Berlin, OTAN, frontière Oder-Neisse, aide aux pays sous-développés) : “Car en notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer“.
29 avril Le général de Gaulle reçoit au palais de l’Elysée plusieurs parlementaires d’Algérie, dont Pierre Laffont, député d’Oran.
6 juin Le général de Gaulle se rend à Issoire (via Lempdes) et visite le centre d’entraînement des moniteurs de la jeunesse algérienne. le général de Gaulle prononce un discours devant la sous-préfecture et visite l’usine de la Compagnie générale du duralumin et du cuivre.
26 août Le général de Gaulle préside un Conseil des ministres où il donne les grandes lignes de la politique d’autodétermination qu’il compte suivre en Algérie.
27-30 août Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection des zones d’opérations en Algérie. C’est “la tournée des popotes”.
27 août Le général de Gaulle se rend à Thierville, Berthelot, Saïda, Mélaab, Tetaenaich et Cassaigne.
28 août Le général de Gaulle se rend à Renault, Karicha, Orléansville, M’Sila, Bechra, Bichera et Zemoura.
29 août Le général de Gaulle se rend à Tébessa, Ain-Touilla, El-Meritje, Lamy, Milesimo et Tizi-Ouzou.
30 août Le général de Gaulle prononce un discours au poste de commandement d’Artois à Tizi-Hibel.
Le général de Gaulle se rend au col des Chênes, à Telergma et regagne Paris.
16 septembre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé et télévisé depuis le palais de l’Elysée au cours duquel il affirme que sa politique algérienne est fondée sur le principe de l’autodétermination.
28 septembre Le Front de Libération nationale (FLN) prend acte du droit reconnu aux Algériens à l’autodétermination mais considère que la liberté de choix ne peut s’exercer “sous la pression d’une armée d’occupation“.
28 octobre Le général de Gaulle adresse un message à l’armée d’Algérie expliquant la nécessité de l’autodétermination en Algérie.
10 novembre Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais de l’Elysée où il évoque en particulier l’armement atomique de la France, l’Algérie, la Communauté et l’avenir des régimes communistes.
11 novembre Le général de Gaulle préside les cérémonies commémoratives de la victoire de 1918 à l’Arc de triomphe et devant la statue de Georges Clémenceau aux Champs-Elysées.
A Alger, les Européens manifestent contre la politique algérienne du général de Gaulle.

1960

1er janvier Le général de Gaulle adresse un message aux armées.
Message de voeux à la métropole, à l’Algérie et à la Communauté.
Le Cameroun accède à l’indépendance.
18 janvier Le journal munichois Süddeutsche Zeitung publie une interview du général Massu, commandant le corps d’armée d’Alger, selon laquelle celui-ci aurait critiqué la prise de position du général de Gaulle à l’égard de l’Algérie, définie le 16 septembre 1959, et aurait mis en doute l’obéissance de l’armée aux prochaines directives gouvernementales.
Dans la nuit du 18 au 19, démenti de la délégation générale et du général Challe.
19 janvier Le général Massu, convoqué à Paris, est reçu par M. Guillaumat, ministre des Armées, et confirme le démenti opposé à l’interview du journal munichois.
22 janvier Le général Massu est démis de ses fonctions à la tête du corps d’armée d’Alger.
du 24 janvier au 2 février Semaine des barricades à Alger après le départ du général Massu. Des civils en armes s’enferment dans un réduit, demandant le départ du pouvoir du général de Gaulle.
24 janvier Informé à Colombey des émeutes qui se déroulent à Alger et de la formation d’un camp retranché, le général de Gaulle regagne Paris dans la nuit.
25 janvier Allocution radiodiffusée du général de Gaulle prononcée au palais de l’Elysée, dans laquelle il déclare: “L’émeute qui vient d’être déclenchée à Alger est un mauvais coup porté à la France. Un mauvais coup à la France en Algérie, un mauvais coup porté à la France devant le monde, un mauvais coup porté à la France au sein de la France.”
28 janvier A Alger, les musulmans refusent de s’associer aux manifestations des Européens.
29 janvier Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au palais de l’Elysée, où, expliquant au pays sa politique algérienne, il ordonne à l’armée française de rétablir l’ordre à Alger.
1er février Reddition du “camp retranché” d’Alger
3 février Vote au Parlement des pouvoirs spéciaux accordés au gouvernement de M. Debré en rapport avec les événements d’Algérie.
3 mars Hadjer-Mafrouch où le général de Gaulle inspecte le poste de commandement du 3ème régiment d’infanterie, Catinat et Redjar.
4 mars Aumale et Batna, où le général de Gaulle prononce une allocution.
5 mars Visite du général de Gaulle au poste des Aziz dans l’Algérois.
5 et 6 mars Le général de Gaulle fait la tournée des postes de commandement opérationnels du bled, puis rentre à Paris.
14 juin De Gaulle prononce un discours à la télévision dans lequel il réaffirme le principe d’autodétermination, renforcé par l’expression “l’Algérie algérienne” et lance aux “dirigeants de l’insurrection” un appel à déposer les armes.
5 septembre Conférence de presse tenue au palais de l’Elysée, dont les thèmes principaux sont les pays sous-développés, la situation en Afrique, l’Algérie, les questions européennes, l’Alliance Atlantique, la paix.
4 novembre Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au palais de l’Elysée où le général de Gaulle précise sa politique à l’égard de l’Algérie. Il parle notamment de l'”Algérie algérienne”.
16 novembre Le général de Gaulle annonce au Conseil des ministres sa volonté de procéder à un référendum sur l’autodétermination de l’Algérie.
9-13 décembre Voyage du général de Gaulle en Algérie au cours duquel les partisans de l’Algérie française se heurent violemment à des contre-manifestants musulmans.
20 décembre Le général de Gaulle prononce une allocution radiodiffusée et télévisée au palais de l’Elysée afin d’expliquer aux Français le sens de la question qui leur sera posée par voie de référendum au sujet de l’Algérie.
31 décembre Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au palais de l’Elysée dans laquelle le général de Gaulle demande aux Français de voter “oui” au référendum sur l’Algérie.

1961

6 janvier Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle prononcée au palais de l’Elysée à l’avant-veille du référendum dans laquelle il demande aux Français d’approuver sa politique algérienne fondée sur le principe de l’autodétermination.
8 janvier Les Français approuvent par 75,26% des suffrages exprimés en métropole le principe de l’autodétermination de l’Algérie.
9 janvier Le gouvernement provisoire de la République algérienne exprime sa satisfaction après le succès du référendum.
13 janvier Le général de Gaulle adresse une directive au général Crépin, général commandant en chef en Algérie, portant sur les principes d’application de l’autodétermination en Algérie.
16 janvier Le gouvernement provisoire de la République algérienne se déclare prêt à ouvrir les négociations avec le gouvernement français.
18 janvier Le général de Gaulle préside à l’Elysée la réunion du comité des affaires algériennes.
20 février A Lucerne, MM. Pompidou et de Leusse confèrent avec des représentants du FLN.
5 mars MM. Pompidou et de Leusse confèrent à nouveau à Lucerne avec des représentants du FLN.
17 et 18 mars Vague d’attentats au plastic de l’OAS à Paris.
30 mars Le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne publient simultanément un communiqué pour annoncer l’ouverture de pourparlers à Evian le 7 avril.
31 mars Le gouvernement provisoire de la République algérienne renonce à se rendre à Evian.
Avril Ce mois est marqué par une vague d’attentats quotidiens de l’OAS, en Algérie et en métropole.
6 avril Communiqué du Conseil des ministres après l’journement de la Conférence d’Evian.
11 avril Conférence de presse tenue au palais de l’Elysée dont les principaux thèmes sont le problème algérien, les Nations-Unies, les armements atomiques, l’Alliance Atlantique, la Constitution, la Communauté.
22 avril Tentative de putsch à Alger.
Les généraux Challe, Jouhaud et Zeller, rejoints le lendemain par le général Salan, prennent la tête de l’insurrection.
Le président Kennedy assure le président de Gaulle de son soutien, sous quelque forme que ce soit.
23 avril Le général de Gaulle décide l’application de l’article 16 de la Constitution.
Message radiodiffusé et télévisé prononcé par le président de Gaulle au Palais de l’Elysée, dans lequel il stigmatise la tentative de coup d’Etat du samedi à 22 à Alger.
Les organisations syndicales décident une grève générale d’une heure pour protester contre le “coup de force” à Alger.
25 avril Message adressé au Parlement et lu par les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, où il condamne les “pronunciamiento” d’Alger. Ses directives impératives à l’armée d’Algérie sont lues à la radio par M. Terrenoire, ministre délégué.
Fin de la tentative de putsch à Alger.
26 avril Reddition du général Challe.
28 avril Institution d’un haut tribunal militaire.
8 mai Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle depuis le palais de l’Elysée à l’occasion du jour anniversaire de la Victoire de 1945 dans laquelle il affirme sa volonté de poursuivre sa politique algérienne après l’échec du coup de force militaire perpétré à Alger.
10 mai Annonce des pourparlers d’Evian prévus pour le 20 mai.
20 mai Ouverture de la Conférence d’Evian.
La délégation française est principalement composée de MM. Louis Joxe, Roland Cadet, Bernard Tricot et Bruno de Leusse.
31 mai Les généraux Challe et Zeller sont condamnés à quinze années de détention criminelle.
13 juin Ajournement de la Conférence d’Evian.
11 juillet Condamnation par contumace des ex-généraux Salan, Jouhaud et des ex-colonels Argoud, Broisat, Garde, Godard et Lacheroy.
12 juillet Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée  au palais de l’Elysée à propos de la situation en France et en Algérie à la suite de la vague de terrorisme provoquée par l’OAS.
20 juillet Reprise des négociations franco-algériennes à Lugrin (Suisse).
28 juillet Le gouvernement provisoire de la République algérienne suspend les négociations de Lugrin.
21 août Vague d’attentats de l’OAS à Paris dans la nuit du 21 au 22 août.
8 septembre Non loin de Pont-sur-Seine, sur la route de Colombey-les-Deux-Eglises, le général de Gaulle échappe à un attentat monté par l’OAS.
16 et 17 septembre Vague d’attentats de l’OAS en métropole.
30 septembre Le général de Gaulle met fin à l’application de l’article 16.
17, 18 et 19 octobre Manifestations musulmanes à Paris.
22 novembre Dans la nuit du 22 au 23 novembre, vague d’attentats de l’OAS à Paris et en province.
26 décembre Promulgation d’une loi en faveur des rapatriés d’Algérie.

1962

1er janvier Dans un ordre adressé aux armées, il fixe la mission des forces françaises en Algérie et bientôt sur le continent européen.
5 février Allocution radiodiffusée et télévisée du président de Gaulle dans laquelle il maintient fermement sa politique à l’égard de l’Europe, du Marché Commun et de l’Algérie.
du 12 au 18 février Pourparlers franco-algériens aux Rousses.
5 mars Annonce de l’ouverture de pourparlers officiels entre le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République algérienne.
7 mars Ouverture des pourparlers de la Conférence d’Evian.
18 mars Conclusion des accords d’Evian et cessez-le-feu en Algérie.
Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au palais de l’Elysée pour annoncer les résultats des négociations d’Evian.
19 mars Mise en place des institutions provisoires en Algérie.
M. Fouchet est nommé haut commissaire de France.
20 mars Message adressé au Parlement convoqué en session extraordinaire annonçant un prochain référendum portant sur l’approbation des accords d’Evian.
23 mars Le quartier de Bab el-Oued à Alger est en état d’insurrection armée.
25 mars Arrestation de l’ex-général Jouhaud.
26 mars Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle afin d’explliquer au c Français le sens et la port&ée du référendum prévu le 8 avril.
Rue d’Isly, à Alger, un détachement de l’armée française ouvre le feu sur la foule.Quarante-sept manifestants trouvent la mort.
27 mars Constitution de l’exécutif provisoire algérien.
6 avril Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle deux jours avant le référendum.
8 avril Le peuple français approuve la conclusion des accords d’Evian par une majorité de plus de 90% des suffrages exprimés.
13 avril L’ex-général Jouhaud est condamné à mort par le haut tribunal militaire.
20 avril Arrestation de l’ex-général Salan.
23 mai L’ex-général Salan, qui fut le chef suprême de l’OAS, est condmané à la détention perpétuelle par le haut tribunal militaire.
27 mai Dissolution du haut tribunal militaire
17 juin Cessez-le-feu à Alger entre les deux communautés à la suite de la conclusion des “accords d’Alger” entre l’OAS et le GPRA.
19 juin L’ex-général Salan, incarcéré, se rallie aux “accords d’Alger”
24 juin Communiqué d’une fraction de l’OAS annonçant la poursuite intensive des destructions sur l’ensemble du territoire algérien.
26 juin Fin des activités de l’OAS en Algérie