Menu Site Découvrir De Gaulle
bio_Leclerc

Déclaration du 22 août 1944 du général Leclerc

Général LECLERC , Déclaration du 22 août 1944

Dans un coin de Normandie, après de durs combats, piétinant d’impatience, nous recevons enfin la confirmation tant attendue : marcher au secours de Paris.

Alors, des heures émouvantes se déroulent, Paris se bat et nous appelle

Nous chargeons sur la capitale. À partir de Rambouillet, au cours du combat, le contact est pris avec les habitants de la cité ; téléphone et liaisons sont établis avec les représentants de la police. Sapeurs-pompiers, simples citoyens, traversent les lignes et nous supplient de faire vite.

Nous répondons en attaquant sans trêve les éléments ennemis qui continuent de tenir entre Paris et nous.

La France de de Gaulle, celle qui a refusé de cesser le feu, retrouve la France de l’intérieur, celle qui a refusé de courber le front.

«  Cette magnifique rencontre attendue depuis quatre ans se produit en pleine bataille, en pleine victoire ».

Le 24 août au soir et surtout le 25, après avoir bousculé la ceinture que l’adversaire se doit de maintenir a l’ouest de Paris, nous sommes dans la place.

Alors chaque rue ; chaque boulevard de la capitale voit se dérouler le lent spectacle. Nos chars, nos fantassins, dirigés, conduits ont l’ennemi par la population, appuyés par les éléments de la Résistance ; nos blessés soignés par les citoyens de Paris, nos morts honorés par eux.

Ensuite c’est le triomphe et l’allégresse. Les avenues de Paris sont trop étroites, car le peuple tout entier est là.

Aux yeux de nos soldats et de moi-même, depuis le 25 août 1944, le « parisien », c’est l’ami rencontré sur le plus beau champ de bataille. Amis fidèles d’ailleurs, car beaucoup ne nous quittèrent pas, libérant avec nous la Lorraine et l’Alsace.

Paris depuis le 25 août 1944, cela signifie aussi pour nous, la France se redressant et jurant de retrouver sa grandeur, quelles que soient les difficultés ».