Menu Site Découvrir De Gaulle
d_1965-07-02_chefs-etats-africains-francophone

CHRONOLOGIE – La décolonisation

Droits réservés, Le 2 juillet 1965, réunion à l’Elysée des chefs d’Etats africains francophones.

1958

15 avril Démission du gouvernement de Félix Gaillard.
17 avril Un appel est lancé demandant le retour au pouvoir du général de Gaulle.
18 avril A Paris, création d’un Comité républicain pour l’appel au général de Gaulle.
11 mai L’éditorial de l’Echo d’Alger, signé Alain de Sérigny lance un appel direct au général de Gaulle : “Je vous en conjure, parlez, parlez vite, mon général”.
12 mai Formation du gouvernement par Pierre Pflimlin.
13 mai A 17 heures, soulèvement à Alger, occupation du Gouvernement général et création d’un Comité de Salut public.
Le gouvernement de Pierre Pflimlin est investi à l’Assemblée nationale.
14 mai Le Comité de Salut public d’Alger lance un appel au général de Gaulle pour constituer un gouvernement de Salut public.
15 mai Le général de Gaulle déclare “se tenir prêt à assumer les pouvoirs de la République”.
16 mai L’Assemblée nationale vote l’état d’urgence. Le général Ely, chef d’état-major général donne sa démission.
Fondation de l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine présidée par Bernard Dupérier. Le siège de l’Association est fixé 5, rue de Solférino.
19 mai Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais d’Orsay au cours de laquelle il explique sa déclaration du 15 mai.
22 mai Antoine Pinay rend visite au général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises.
24 mai Un Comité de Salut public, essaimé de celui d’Alger, se constitue à Ajaccio.
26 mai Le général de Gaulle rencontre Pierre Pflimlin, président du Conseil, au domicile de M. Bruneau, conservateur du domaine de Saint-Cloud.
27 mai Le général de Gaulle publie un communiqué indiquant qu’il a entamé le processus régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement républicain capable d’assurer l’unité et l’indépendance du pays. Il désapprouve par avance toute action ou initiative qui porterait atteinte à l’ordre public.
28 mai Démission du gouvernement de Pierre Pflimlin.
Manifestations à Paris en faveur de la défense de la République.
Le général de Gaulle rencontre dans la nuit André Le Troquer, président de l’Assemblée nationale et Gaston Monnerville, président du Sénat au domicile de M. Bruneau, conservateur du domaine de Saint-Cloud.
29 mai A 5 heures du matin, le général de Gaulle retourne à Colombey-les-deux-Eglises.
Dans un message aux Assemblées, le président de la République René Coty annonce qu’il a décidé de faire appel au “plus illustre des Français”.
De retour à Paris, le général de Gaulle s’entretient à 19 heures avec le président René Coty au palais de l’Elysée.
A 21h. 30, le général de Gaulle publie un communiqué dans lequel il annonce ses conditions pour gouverner : pleins pouvoirs et mandat constituant.
A 21h. 30, le président Coty publie un communiqué annonçant qu’il a fait appel au général de Gaulle pour former le nouveau gouvernement et que celui-ci a accepté.
Dans la nuit, le général de Gaulle regagne Colombey-les-deux-Eglises.
1er juin A 15 heures, le général de Gaulle lit sa déclaration d’investiture devant l’Assemblée nationale qui lui accorde à 21h. 15 par 329 voix contre 224.
Le général de Gaulle publie la composition de son ministère.
2 juin L’Assemblée nationale accorde les pleins pouvoirs au gouvernement du général de Gaulle et vote le projet de loi le chargeant de la réforme constitutionnelle, projet qui sera soumis à référendum.
3 juin La session parlementaire est suspendue.
3-7 juin Le général de Gaulle effectue un voyage en Algérie.
4 juin Le général de Gaulle prononce un discours à Alger annonçant qu’il n’y aura plus qu’un seul collège électoral en Algérie.
5 juin Le général de Gaulle prononce des discours à Constantine et à Bône.
6 juin Le général de Gaulle prononce des discours à Alger, Mostaganem et Oran.
13 juin Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé depuis l’hôtel Matignon dans lequel il appelle à l’effort pour le redressement national et annonce une nouvelle organisation des liens de la métropole avec les peuples d’Afrique et de Madagascar.
14 juin Signature d’un accord franco-marocain relatif au stationnement des troupes françaises au Maroc.
16 juin Le général de Gaulle s’entretient à l’hôtel Matignon avec Paul-Henri Spaak, secrétaire général de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord).
17 juin Le gouvernement lance un emprunt national
Signature d’un accord franco-tunisien stipulant l’évacuation des bases militaires françaises en Tunisie, à l’exception de Bizerte.
18 juin Le général de Gaulle préside, au Mont-Valérien, la cérémonie commémorative de l’appel du 18 juin 1940.
24 juin André Malraux, ministre délégué à la présidence du Conseil, tient une conférence de presse au cours de laquelle il déclare : “Il y a aujourd’hui des hommes qui souhaitent la République sans le général de Gaulle et d’autres qui souhaitent le général de Gaulle sans la République. Mais la majorité des Français souhaite à la fois la République et le général de Gaulle”.
27 juin Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé et télévisé depuis l’hôtel Matignon dans lequel il affirme la nécessité de rétablir l’équilibre économique et financier.
29-30 juin Le général de Gaulle s’entretient à l’hôtel Matignon avec Harold Macmillan, Premier ministre britannique avec qui il publie ensuite un communiqué sur “la nécessité primordiale de défendre le monde libre”.
30 juin L’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine devient l’Association nationale pour le soutien de l’action du général de Gaulle dont le siège est fixé 15, rue du Louvre à Paris.
1er juillet Le général de Gaulle adresse un message à Nikita Khrouchtchev au sujet du projet de conférence au sommet.
Le général de Gaulle se rend à Constantine.
1er-3 juillet Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection de l’armée en Algérie.
2 juillet Le général de Gaulle se rend à Taka, Tizi-Ouzou et Fort-National.
3 juillet Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger où il annonce un prochain plan de développement économique et accorde le droit de vote aux femmes musulmanes.
Le général de Gaulle s’entretient avec le général Massu, préfet d’Alger, avec de nombreuses personnalités musulmanes mais refuse de recevoir le Comité de Salut public.
5 juillet Le général de Gaulle s’entretient à l’hôtel Matignon avec John Foster Dulles, secrétaire d’Etat des Etat-Unis qui lui transmet l’invitation du président Eisenhower à se rendre à Washington.
8 juillet Le général de Gaulle s’entretient avec Franz-Josef Strauss, ministre de la Défense d’Allemagne fédérale au sujet de la coopération militaire et de l’éventualité d’une rencontre avec le chancelier Konrad Adenauer.
13 juillet Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé depuis l’hôtel Matignon spécialement adressé aux pays d’outre-mer.
14 juillet Le général de Gaulle assiste aux côtés du président Coty à la cérémonie à l’Arc de Triomphe.
Le général de Gaulle passe la flotte en revue à Toulon.
19 juillet Nikita Khrouchtchev adresse un message aux gouvernements occidentaux au sujet de la conférence au sommet.
23 juillet Dans un nouveau message aux gouvernements occidentaux, Nikita Khrouchtchev accepte le “Plan Macmillan” de conférence au sommet dans le cadre du Conseil de sécurité.
25 juillet Transfert de la présidence des anciens Conseils de gouvernement d’Afrique occidentale française (AOF), d’Afrique équatoriale française (AEF) et de Madagascar à leurs anciens vice-présidents indigènes, dont le titre est supprimé.
26 juillet Le général de Gaulle répond défavorablement à la proposition soviétique des 19 et 23 juillet sur la conférence au sommet.
27-29 juillet Le général de Gaulle effectue un séjour privé à Calais chez son beau-frère Jacques Vendroux.
29 juillet Le Comité consultatif constitutionnel est saisi de l’avant-projet de la future constitution.
1er août Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé et télévisé expliquant aux Français les mesures prises par le gouvernement pour équilibrer le budget de 1958.
2 août Le général de Gaulle visite le centre nucléaire de Marcoule (Gard).
5 août Le général de Gaulle s’entretient à l’hôtel Matignon avec Golda Meir, ministre israélien des Affaires étrangères, de la situation au Proche-Orient.
7 août Le général de Gaulle s’entretient à l’hôtel Matignon avec Amintore Fanfani, ministre italien des Affaires étrangères, sur la nécessité de consultations franco-italiennes.
8 août Le général de Gaulle prononce un discours devant le Comité consultatif constitutionnel dans lequel il déclare que les populations d’outre-mer pourront opter entre l’indépendance et l’association. Il souligne les points qu’il juge essentiels dans la nouvelle constitution : large colège électoral pour l’élection du président de la République, nécessité de reconnaître au chef de l’Etat les moyens de la légitimité nationale en cas de crise grave et incompatibilité des fonctions ministérielles et parlementaires.
14 août Publication du rapport définitif du Comité consultatif constitutionnel.
19 août Le général de Gaulle prononce un discours à la préfecture de police de Paris à l’occasion de l’anniversaire de l’insurrection de la police parisienne en août 1944.
20-29 août Le général de Gaulle effectue un voyage en Afrique Noire, à Madagascar et en Algérie pour y expliquer la nouvelle constitution et le statut fédéral de la Communauté.
21 août Le général de Gaulle est à Fort-Lamy (Tchad).
22 août Le général de Gaulle prononce un discours à l’Assemblée représentative de Madagascar puis au stade de Mahamasina à Tananarive.
23 août Le général de Gaulle arrive à Brazzaville (Congo) où il accorde une série d’audiences aux hauts-fonctionnaires et visite le quartier de Poto-Poto.
24 août Le général de Gaulle prononce un discours au stade Félix Eboué de Brazzaville (Congo) sur le statut de la future Communauté.
Le général de Gaulle gagne Abidjan (Côte d’Ivoire) où il reçoit Félix Houphouët-Boigny et prononce un discours au stade Géo André exaltant la place et le rôle de la Côte d’Ivoire dans la future Communauté.
Le général de Gaulle se rend à Conakry (Guinée)où il répond à Sékou Touré qui lui annonce le vote négatif de la Guinée insistant à la fois sur la liberté de vote du territoire et sur la responsabillité que prennent ses dirigeants.
26 août Le général de Gaulle prononce un discours à Dakar (Sénégal).
27 août Le général de Gaulle quitte Dakar pour Alger.
28 août Le général de Gaulle reçoit au Palais d’Été un certain nombre de parlementaires d’Algérie et de personnalités musulmanes.
29 août Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger et regagne Paris.
3 septembre Le général de Gaulle fait approuver le projet de constitution qui sera soumis au référendum par son gouvernement.
4 septembre Le général de Gaulle prononce un discours place de la République à Paris dans lequel il présente la nouvelle constitution et demande au peuple de l’approuver.
14 septembre Le général de Gaulle reçoit à Colombey-les-deux-Eglises le chancelier d’Allemagne fédérale, Konrad Adenauer.
16 septembre Le général de Gaulle reçoit en audience à l’hôtel Matignon Hubert Beuve-Méry, directeur du journal le Monde.
17 septembre Le général de Gaulle adresse un mémorandum au président Eisenhower et au Premier ministre Macmillan sur les modification à apporter à l’OTAN.
20 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Rennes puis un autre à Bordeaux.
21 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Strasbourg puis un autre à Lille.
26 septembre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé et télévisé depuis l’hôtel Matignon où il appelle les Français à voter “oui” au référendum sur le projet de constitution.
28 septembre Le projet de constitution est approuvé par 79,2% des suffrages exprimés en métropole, 96% en Algérie et 93% dans les départements et territoires d’outre-mer.
La Guinée qui a majoritairement répondu “non” devient indépendante.
30 septembre Le général de Gaulle nomme une commission présidée par Jacques Rueff “pour faire rapport sur l’ensemble des problèmes financiers français”.
2-3 octobre  Le général de Gaulle effectue un voyage en Algérie.
3 octobre Le général de Gaulle prononce un discours à Constantine où il annonce la mise en oeuvre d’un plan économique et social dit “plan de Constantine”.
Création de l’Union pour la Nouvelle République (UNR) qui regroupe la plupart des mouvements gaullistes.
9 octobre Le général de Gaulle adresse des instructions au général Salan concernant la préparations des élections législatives en Algérie.
14 octobre Le général de Gaulle donne l’ordre aux militaires de se retirer des comités de Salut public.
La République malgache est proclamée.
23 octobre Le général de Gaulle tient une conférence de presse à l’hôtel Matignon où il évoque la situation en Algérie et lance un appel à “la paix des braves”.
24 novembre Proclamation de la République soudanaise (futur Mali).
25 novembre Proclamation de la République du Sénégal.
28 novembre Proclamation des Républiques du Congo, du Tchad, du Gabon et de la Mauritanie.
1er décembre Proclamation de la République Centrafricaine.
3-7 décembre Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection de l’armée en Algérie.
3 décembre Le général de Gaulle est Télergma, Aïn-Abid et à Bône.
4 décembre Le général de Gaulle est Ouenza, Tébessa et Hassi-Messaoud.
5 décembre Le général de Gaulle est à Edjelé et Touggourt.
 6 décembre   Le général de Gaulle est à Hassi-R’Mel et à Alger.
 7 décembre   Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger.
9 décembre Proclamation des Républiques de Côte d’Ivoire et du Dahomey.
11 décembre Proclamation de la République de Haute-Volta.
19 décembre Proclamation de la République du Niger.
Le général Salan est rappelé en métropole et remplacé par Paul Delouvrier comme délégué général et le général Challe pour le commandement des troupes.
20 décembre Le général de Gaulle signe les ordonnances relatives à l’organisation de la Communauté.
21 décembre Le général de Gaulle est élu président de la République et de la Communauté par 78,5% des suffrages exprimés.
29-30 décembre Conférence de Bamako au cours de laquelle la République soudanaise, le Sénégal, le Dahomey et la Haute-Volta acceptent le principe d’une fédération.
31 décembre Le général de Gaulle signe une ordonnance accordant le statut d’autonomie interne au Cameroun et au Togo.

1959

 8 janvier   Le général de Gaulle prend ses fonctions de président de la République et de Communauté.
   Le général de Gaulle nomme Michel Debré Premier ministre.
   Le général de Gaulle décide de mesures de clémence à l’égard des rebelles algériens.
Le général de Gaulle nomme Raymond Janot secrétaire général de la Communauté.
14 janvier Le général de Gaulle signe un accord culturel, scientifique et technique avec l’Union soviétique.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Philibert Tsiranana, président de la République malgache.
17 janvier Création de la Fédération du Mali, formée de la République soudanaise et du Sénégal.
22 janvier Le général de Gaulle répond, au palais de l’Elysée, aux voeux du Corps diplomatique présentés par le nonce apostolique.
31 janvier Le général de Gaulle désigne les ministres chargés des affaires communes de la Communauté (Défense, Diplomatie, Monnaie).
3-4 février Le général de Gaulle assiste à Paris à la première session du Conseil exécutif de la Communauté.
5 février Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Gabriel Lisette, vice-président du Tchad.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Hamani Diori, Premier ministre du Niger.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Joseph Apithy, ancien Premier ministre du Dahomey.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Léon M’Ba, Premier ministre du Gabon.
 6 février Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Barthélémy Boganda, président de la République centrafricaine.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Moktar Ould Daddah, Premier ministre de Mauritanie.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Mamadou Dia, Premier ministre du Sénégal.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Maurice Yaméogo, Premier ministre de Haute-Volta.
10 février Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Philibert Tsiranana, président de la République malgache.
2-3 mars Deuxième session à Paris du Conseil exécutif de la Communauté.
12 mars Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Félix Houphouët-Boigny, ministre d’Etat du gouvernement Debré et chef du Parti démocratique de la Côte-d’Ivoire.
21 mars Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Ahmadou Ahidjo, Premier ministre du Cameroun.
25 mars Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais de l’Elysée sur les questions de politique étrangère (Algérie, Berlin, OTAN, frontière Oder-Neisse, aide aux pays sous-développés) : “Car en notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer”.
13 avril Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Léopold Sédar Senghor, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Modibo Keita, président de la fédération du Mali.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Mamadou Dia, Premier ministre du Sénégal.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Mamadou Dia, Premier ministre du Sénégal.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Amadou Lamine-Gueye, président du Mouvement socialiste africain.
29 avril Le général de Gaulle reçoit au palais de l’Elysée plusieurs parlementaires d’Algérie, dont Pierre Laffont, député d’Oran.
4-5 mai Troisième session à Paris du Conseil exécutif de la Communauté.
4 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Félix Houphouët-Boigny, président du Conseil de l’Entente.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec l’abbé Fulbert Youlou, Premier ministre du Congo.
6 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec David Dacko, Premier ministre de la République centrafricaine.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Moktar Ould Daddah, Premier ministre de Mauritanie.
12 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Félix Houphouët-Boigny, président du Conseil de l’Entente.
15 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Modibo Keita, président de l’Assemblée constituante de la Fédération du Mali.
21 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec S.A.R. le princec Norodom Sihanouk, chef de l’Etat cambodgien.
26 mai Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec S.M. I. Mohamed reza Chah Pahlavi, empereur d’Iran.
2 juin Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec S.A.R. Moulay Hassan, prince héritier du Maroc.

10 juin Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Modibo Keita, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali.
11 juin Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Moktar Ould Daddah, Premier ministre de Mauritanie.
3-10 juillet Le général de Gaulle effectue un voyage dans l’océan Indien en Côte française des Somalis, à Madagascar, aux Comores et à la Réunion.
3 juillet Le général de Gaulle atterrit à Djibouti.
4 juillet Le général de Gaulle se rend à Tananarive.
5 juillet Le général de Gaulle se rend à Tamatave et Diego-Suarez.
6 juillet Le général de Gaulle se rend à Tuléar et Ihosy.
7 juillet Le général de Gaulle assiste à la quatrième session du Conseil exécutif de la Communauté à Tananarive.
8 juillet Le général de Gaulle prononce un discours au stade Mahamasina de Tananarive.
9 juillet Le général de Gaulle se rend à Majunga, à Moroni d’où il gagne la Réunion.
10 juillet Le général de Gaulle prononce un discours au stade de la Redote à Saint-Denis de la Réunion.
14 juillet Le général de Gaulle préside la cérémonie de la Fête nationale à l’arc de triomphe de l’Etoile.
Le général de Gaulle remet leurs drapeaux aux treize chefs de gouvernement des pays de la Communauté place de la Concorde puis assiste au défilé militaire sur les Champs-Elysées.
16 juillet Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Hamani Diori, Premier ministre du Niger.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Michel Kauma, vice-président du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
17 juillet Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Modibo Keita, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali et Léopold Sédar Senghor, président de l’Assemblée du Mali.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Philibert Tsiranana, président de la République malgache.
23 juillet Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Léopold Sédar Senghor, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali.
30 juillet Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Félix Houphouët-Boigny, président du Conseil de l’Entente.
26 août Le général de Gaulle préside un Conseil des ministres où il donne les grandes lignes de la politique d’autodétermination qu’il compte suivre en Algérie.
27-30 août Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection des zones d’opérations en Algérie. C’est “la tournée des popotes”.
27 août Le général de Gaulle se rend à Thierville, Berthelot, Saïda, Mélaab, Tetaenaich et Cassaigne.
28 août Le général de Gaulle se rend à Renault, Karicha, Orléansville, M’Sila, Bechra, Bichera et Zemoura.
29 août Le général de Gaulle se rend à Tébessa, Ain-Touilla, El-Meritje, Lamy, Milesimo et Tizi-Ouzou.
30 août Le général de Gaulle prononce un discours au poste de commandement d’Artois à Tizi-Hibel.
Le général de Gaulle se rend au col des Chênes, à Telergma et regagne Paris.
9 septembre Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Mamadou Dia, Premier ministre du Sénégal.
11 septembre Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Moktar Ould Daddah, Premier ministre de Mauritanie, David Dacko, président de la République centrafricaine, François Tombalbaye, Premier ministre du Tchad, Modibo Keita, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali, l’abbé Fulbert Youlou, Premier ministre du Congo, Maurice Yaméogo, Premier ministre de Haute-Volta, Philibert Tsiranana, président de la République malgache, Félix Houphouët-Boigny, président du Conseil de l’Entente.
16 septembre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé et télévisé depuis le palais de l’Elysée au cours duquel il affirme que sa politique algérienne est fondée sur le principe de l’autodétermination.
28 septembre Le Front de Libération nationale (FLN) prend acte du droit reconnu aux Algériens à l’autodétermination mais considère que la liberté de choix ne peut s’exercer “sous la pression d’une armée d’occupation”.
8 octobre Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Léopold Sédar Senghor, président de l’Assemblée de la Fédération du Mali.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec S.A.R, Moulay Hassan, prince héritier du Maroc.
28 octobre Le général de Gaulle adresse un message à l’armée d’Algérie expliquant la nécessité de l’autodétermination en Algérie.
4 novembre Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Félix Houphouët-Boigny, président du Conseil de l’Entente.
6 novembre Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec l’abbé Fulbert Youlou, Premier ministre du Congo.
Le général de Gaulle s’entretient au palais de l’Elysée avec Philibert Tsiranana, président de la République malgache.
10 novembre Le général de Gaulle tient une conférence de presse au palais de l’Elysée où il évoque en particulier l’armement atomique de la France, l’Algérie, la Communauté et l’avenir des régimes communistes.
11 novembre A Alger, les Européens manifestent contre la politique algérienne du général de Gaulle.
18-22 novembre Le général de Gaulle effectue un voyage dans le Territoire de Belfort, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.