Menu Site Découvrir De Gaulle
© O.F.I.C / Le Mémorial de Caen

CHRONOLOGIE – Refonder la République

Séance inaugurale de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger, © O.F.I.C / Le Mémorial de Caen

1943

2 janvier Le général de Gaulle réitère publiquement depuis Londres au général Giraud sa proposition de le rencontrer en terre française.
5 janvier Invoquant des “engagements antérieurs”, le général Giraud lui répond que leur rencontre est impossible avant la fin janvier.
8 janvier Le général de Gaulle inspecte les établissements et unités des Forces navales françaises libres à Dundee.
13 janvier Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC pour annoncer la victoire du général Leclerc qui vient d’achever la conquête du Fezzan par la prise de Sebha et Mourzouk.
16 janvier Invité par Churchill à se rendre au Maroc pour rencontrer le général Giraud à l’occasion d’une conférence interalliée, le général de Gaulle décline l’invitation.
18 janvier Le général de Gaulle se rend en inspection à Weymouth.
23 janvier A la demande réitérée de Churchill, le général de Gaulle accepte de se rendre au Maroc à la conférence d’Anfa où il rencontrera Roosevelt et Giraud.
  Le général de Gaulle arrive à Anfa où l’ambassadeur Murphy l’accueille à l’aéroport.
26 janvier Le général de Gaulle rejette la proposition de Roosevelt avancée pr Giraud, d’un triumvirat de trois généraux – Giraud, de Gaulle, Georges – et repart pour l’Angleterre.
30 janvier En France, création de la Milice, dont Joseph Darnan devient secrétaire général.
 1er février Le général de Gaulle inspecte les Forces françaises libres à l’entraînement au camp de Camberley.
 4 février Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC sur les récents succès alliés en Afrique du Nord et au Caucase.
9 février Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Londres au cours de laquelle il évoque la première mission du général Catroux en Algérie et les problèmes de l’union de la France combattante avec l’Afrique du Nord française.
  Confirmant à Jean Moulin qu’il a toute sa confiance, le général de Gaulle lui adresse une instruction élargissant ses pouvoirs.
25 février Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC au cours duquel il s’adresse à la jeunesse de France.
3 mars Le gouvernement britannique refuse au général de Gaulle les moyens de se rendre au Proche-Orient.
10 mars Le général de Gaulle charge le général Catroux d’une nouvelle mission à Alger pour préparer un accord avec le général Giraud.
11 mars Le général de Gaulle s’entretient à LOndres avec l’amiral Stark au sujet des ralliements de marins aux Etats-Unis.
12 mars Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC exhortant les combattants de la Résistance à se grouper sous une autorité unique.
14 mars Le général de Gaulle prend note avec satisfaction des récents propos du général Giraud condamnant le régime de Vichy et relatifs à la souveraineté française – propos conformes aux voeux du Comité national.
18 mars Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC adressé au musulmans de l’Afrique française à l’occasion de la fête du Mouloud.
  La Guyane se rallie à la France combattante.
23 mars Le général de Gaulle s’entretient à Londres avec Monseigneur Spellman, archevêque de New York, chargé par le président Rossevelt de lui transmettre un message sur l’union de la France combattante avec le général Giraud.
26 mars Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC annonçant sa rencontre prochaine avec le général Giraud.
27 mars Le général de Gaulle adresse un message aux Etats-Unis à l’occasion du quatorzième anniversaire de la mort du maréchal Foch.
30 mars Le général de Gaulle renvoie Jean Moulin en France avec la mission de constituer le Conseil national de la Résistance.
1er avril Le général de Gaulle envoie une mission de la France combattante à Alger dirigée par le général Catroux.
2 avril Le général de Gaulle s’entretient à Londres avec Winston Churchill sur la réalisation de l’unité et l’épuration.
6 avril Le général de Gaulle s’entretient à Londres avec Anthony Eden et l’ambassadeur Winant, lequel le presse à nouveau, au nom du président Roosevelt, de subordonner la France combattante au général Giraud.
19 avril Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC à l’adresse de l’Amérique latine.
20 avril Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC dans lequel il exprime ses vues sur la reconstruction de la France après la victoire. Il souhaite un régime économique et social où les principales sources de richesse soient contrôlées par l’Etat et où les travailleurs soient associés à la marche des entreprises. Sur les institutions, il déclare : “Une démocratie réelle, où ni jeux de professionnels, ni marécages d’intrigants ne troublent le fonctionnement de la représentation nationale, où en même temps, le pouvoir qui aura reçu du peuple la charge de le gouverner, dispose organiquement d’assez de force et de durée pour s’acquitter de ses devoirs d’une manière digne de la France, voilà, d’abord, ce que [ce peuple] veut se donner“.
21-23 avril Le général de Gaulle inspecte les établissements et les bâtiments des Forces navales françaises libres à Greeenock, Barrow-on-Furness, Cricceith et Darmouth.
27 avril Le général Giraud écrit au général de Gaulle qu’il renonce désormais à l’autorité suprême en Afrique du Nord.
1er mai Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC à l’occasion de la fête du Travail.
2 mai Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC adressé aux Belges dans lequel il exalte la solidarité entre la Belgique et la France combattante.
4 mai A Grosvenor House, le général de Gaulle accueille les Français nouvellement ralliés à la France combattante par un discours dans lequel il évoque la question de l’Afrique du Nord.
6 mai Le général de Gaulle repousse la proposition du général Giraud de le recontrer ailleurs qu’à Alger et insiste sur l’urgence de créer un organisme gouvernemental cohérent.
12 mai Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC où il évoque les revers définitifs des armées de l’Axe en Afrique du Nord.
15 mai Jean Moulin adresse un message au général de Gaulle l’informant du succès de sa mission en France: le Conseil national de la Résistance est constitué et il reconnaît comme son seul chef le général de Gaulle.
17 mai Le général Giraud presse le général de Gaulle de “venir immédiatement à Alger pour former avec lui le pouvoir central français”.
19 mai Le général de Gaulle rédige un texte qui salue la formation du Conseil national de la Résistance, affirmant qu’il fait “partie intégrante” de la France combattante.
21 mai Le général de Gaulle adresse une instruction au général Delestraint, cmmandant de l’armée de l’intérieur, où il fixe ses attributions.
27 mai Le général de Gaulle visite l’Ecole militaire des Cadets de la France libre à Ribbesford Hall, Bewdley.
  Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC sur l’unité nationale.
  Le général de Gaulle quitte Londres pour Alger.
30 mai Le général de Gaulle arrive à Alger en compagnie de René Massigli, commissaire national aux Affaires étrangères et d’André Philip, commissaire national à l’Intérieur.
1er juin Le général de Gaulle annonce aux journalistes français la prochaine constitution du pouvoir central.
3 juin Le Comité français de libération nationale (CFLN) est constitué à Alger par décret. IL est co-présidé par le général de Gaulle et le général Giraud.
4 juin Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger annonçant la création du Comité français de libération nationale (CFLN).
6 juin Le général de Gaulle prononce un discours au Congrès de la France combattante à Alger exaltant le rôle de l’Empire et des Français combattants dans la guerre.
  Le général de Gaulle s’entretient avec Winston Churchill de passage à Alger.
9 juin Le général Delstraint, commandant de l’armée de l’intérieur est arrêté à Paris.
12 juin Le général de Gaulle se met à l’écart du Comité français de libération nationale, dont le fonctionnement ne semble pas être conforme à l’intérêt de la France.
13 juin Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger à l’occasion de la Journée des Nations unies.
15 juin Le Comité français de libération nationale (CFLN) se réunit pour la première fois en séance plénière.
18 juin Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger à l’occasion du troisième anniversaire de la France libre et un second discours pour l’inauguration des nouveaux émetteurs de Radio-Brazzaville.
19 juin Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec le général Eisenhower, commandant en chef des forces anglo-américaines, en présence du général Giraud, au sujet du maintien intégral des attributions de ce dernier.
21 juin Jean Moulin est arrêté à Caluire.
26 juin Le général de Gaulle reçoit André Gide à dîner à la villa des Oliviers à Alger.
27 juin Le général de Gaulle se rend à Tunis où il rencontre le bey Sidi Lamine.
  Le général de Gaulle prononce un discours à Tunis où il proclame la résolution de la France dans la guerre.
  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à la résidence.
28 juin Le général de Gaulle regagne Alger.
3 juillet Les Antilles françaises se rallient à la France combattante.
10 juillet Une armée américaine et une armée anglaise débarquent en Sicile. les Français ont été tenus à l’écart de l’opération.
14 juillet Le général de Gaulle prononce un discours à Alger exaltant l’unité nationale et évoquant les institutions futures de la France libérée.
25 juillet A Rome, Mussolini est remplacé par le maréchal Badoglio.
27 juillet Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger où il évoque la chute de Mussolini comme un signe du destin. Par ailleurs, il affirme que tout réglement décidé sans la France “ne saurait être ni valable, ni durable”.
31 juillet Le général de Gaulle devient seul président effectif du Comité français de libération nationale (CFLN). Le général Giraud, nommé au commandement des forces militaires, garde son titre présidentiel sans en exercer les fonctions.
6 août Le général de Gaulle se rend au Maroc où il renconcontre le sultan Mohamed V qui l’assure de son soutien à la cause de la France combattante.
8 août Le général de Gaulle prononce un discours à Casablanca exaltant le combat de l’Empire aux côtés de la France dont la résistance est désormais rassemblée sous une autorité unique.
Le général de Gaulle se rend à Meknès.
9 août Le général de Gaulle se rend à Fez.
10 août Le général de Gaulle est accueilli par des chefs berbères dans la région d’Ifrane.
22 août Le général de Gaulle adresse d’Alger une proclamation à toutes les forces de la France combattante.
26 août Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique reconnaissent en termes nuancés le Comité français de libération nationale (CFLN).
3 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Alger à l’occasion du début de la cinquièle année de la guerre. A cette date, le Comité français de libération national (CFLN) est reconnu par vingt-six gouvernements.
 8 septembre L’Italie capitule.
11 septembre Le général de Gaulle arrive à Oran.
12 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Oran dans lequel il rappelle “la contribution de sang, de larmes et de misères que notre pays sait déjà avoir fournie dans cette guerre à la cause des nations libres“; au nom de quoi “la France prétend, dans l’intérêt de tous, à la place qui lui revient dans le réglement du drame dont la liquidation commence“.
  Les troupes françaises débarquent en Corse.
17 septembre Par ordonnance du Comité français de libération nationale (CFLN), une assemblée consultative provisoire est instituée à Alger.
18 septembre Le général de Gaulle signe avec le général Giraud un mémorandum adressé à Rossevelt, Churchill et Staline sur l’utilisation des Forces françaises combattantes à l’intérieur de l’Alliance.
24 septembre Le général de Gaulle prononce à Alger un discours sur la libération de la Corse où l’autorité du Comité français de libération nationale (CFLN) doit être affirmée face aux communistes.
27 septembre Le texte de l’armistice qui doit être signé le jour même avec l’Italie, est communiqué au commissaire français des Affaires étrangères, mais la France n’y est pas associée.
3 octobre Une ordonnance stipule que le général de Gaulle est désormais le seul président du Comité français de libération nationale (CFLN)
  Un décret établit la distinction entre l’autorité politique et le commandement militaire.
8 octobre Le général est en Corse et prononce des discours à Ajaccio, Bastia et Corte où il fait l’éloge de la résistance corse. . Il tient également une conférence de presse.
17 octobre Création du Comité sur l’organisation des secours en France libérée et la reconstruction européenne.
30 octobre Le général de Gaulle prononce à Alger un discours à l’occasion du soixantième anniversaire de l’Alliance française où il rend hommage aux intellectuels qui participent au combat de la France.
3 novembre Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de la séance inaugurale de l’Assemblée consultative provisoire au cours duquel il fait un historique de la résistance et développe les thèmes de l’indépendance nationale et de la participation.
8 novembre A l’instigation des Britanniques, Riad Sohl, président du Conseil du Liban demande à la Chambre des députés libanaise de rompre unilatéralement le mandat qui unit le Liban à la France depuis la fin de la Première Guerre mondiale.
9 novembre Le général de Gaulle remanie le Comité français de libération nationale (CFLN) dont le général Giraud a dû se retirer en vertu de la distinction décrétée entre autorité politique et commandement militaire.
11 novembre Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger à l’occasion de l’anniversaire de la victoire de 1918.
16 novembre Le général de Gaulle prononce un discours à l’Assemblée consultative provisoire sur la politique extérieure et particulièrement la situation libanaise.
19 novembre Arrivée à Beyrouth du général Catroux que le général de Gaulle a chargé de résoudre la crise libanaise.
20 novembre Les premiers contingents du Corps expéditionnaire français en Italie débarquent à Naples.
23 novembre Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec l’ambassadeur Vichinsky, représentant de Staline, sur la situation internationale et son évolution.
25 novembre Le général de Gaulle prononce un discours à la séance de clôture de la première session de l’Assemblée consultative provisoire.
28 novembre Ouverture de la conférence de Téhéran où Staline, Rossevelt et Churchill définiront les grandes lignes de leur politique.
12 décembre Le général de Gaulle se rend à Constantine où il prononce un discours  annonçant que les droits électoraux des musulmans d’Algérie seront considérablement élargis.
13 décembre Le général de Gaulle se rend à Bône, à Philippeville et à Marrakech.
16-17 décembre Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec Edwin Wilson, ambassadeur des Etats-Unis et avec Harold McMillan, ministre britannique délégué auprès de l’état-major allié en Afrique du Nord, à propos des refus opposés par le général Eisenhower à l’emploi en Italie de la division du général Brosset.
17 décembre Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec M. de Hougen, représentant de la Norvège, sur la sécurité européenne et les accords de débarquement.
18 décembre Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion  de la rentrée solennelle de l’université d’Alger exaltant “ce foyer chargé de répandre notre civilisation au milieu d’élites africaines“.
  Le général de Gaulle s’entretient avec  l’ambassadeur Morawsky, représentant du gouvernement polonais.
24 décembre Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger à l’occasion de la fête de Noël appelant les Français à s’unir “pour les efforts suprêmes“.
27 décembre Le général de Gaulle préside une conférence sur l’emploi des troupes françaises dans le cadre des opérations interalliées.
30 décembre Le général de Gaulle s’entretient avec le général Eisenhower à la villa des Glycines, sur l’utilisation des troupes françaises dans la future bataille de France

1944

 1er janvier Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de la réception du corps diplomatique à Alger.
2-3 janvier Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec Edvard Benès, président de la République tchécoslovaque, sur la situation en Europe centrale.
7 janvier Le général de Gaulle signe un décret sur l’organisation des forces terrestres expéditionnaires.
10 janvier Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire rappelant que la guerre est “une et indivisible” et constatant l’insuffisance des moyyens mis à la disposition de la Résistance française par les Alliés.
12 janvier Le général de Gaulle s’entretient à Marrakech avec Winston Churchill sur l’épuration, l’armement de la résistance française, les relations franco-britanniques, le Liban et les accords de débarquement.
17 janvier Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec le général Wilson, commandant en chef des forces alliées en Méditerranée, sur l’organisation du commandement interallié, l’état des forces françaises et leur équipement.
19 janvier Le général de Gaulle prononce un discours lors d’un débat à l’Assemblée consultative d’Alger développant sa conception d’une politique de défense.
24 janvier-2 février Le général de Gaulle effectue un voyage en Afrique occidentale et équatoriale française au cours duquel il se rend à Dakar, Conakry, Abidjan, Lomé, Cotonou, Brazzaville, Bangui, Fort-Lamy, Zinder, Niamey et Gao.
30 janvier Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de l’ouverture de la conférence de Brazzaville faisant l’éloge de la mission civilisatrice de la France dans son Empire, dont elle doit aider les peuples “à s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires“.
  Le général de Gaulle prononce un discours à Brazzaville à l’occasion de l’inauguration du monument à la mémoire de Savorgnan de Brazza.
1er février Création des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
2 février Le général de Gaulle prononce un discours à Alger affirmant que “les cent cinq millions d’hommes qui forment la France d’aujourd’hui… n’ont plus qu’une volonté : libérer le pays et le remettre à son rang“.
4 février Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec le général Rooks, chef d’état-major adjoint du général Wilson, sur l’envoi de renforts aux Forces françaises d’Italie.
27 février Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de l’inauguration de la rue Colonna-d’Ornano à Alger en hommage à tous les grands résistants civils et militaires.
2 mars Le général de Gaulle prononce un discours à l’ouverture du débat à l’Assemblée consultative provisoire sur la situation intérieure en France invitant l’Assemblée à) réfléchir  sur “les prinicpales dispositions qui seront à appliquer à mesure de la libération du territoire“.
4 mars Le général de Gaulle quitte Alger pour Naples où il s’entretient avec les généraux Alexander, Clark et Anders, puis se rend au poste de commandement du général Juin à Venafro.
5 mars Le général de Gaulle inspecte les deux divisions françaises engagées sur le front italien et s’entretient avec le général de Mosabert.
6 mars Le général de Gaulle est de retour à Alger.
8 mars Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec l’Air Mashall Slessor des problèmes d’administration militaire posés par le prochain débarquement en France.
15 mars Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec le général Wilson sur l’envoi de renforts en Italie et la participation des Forces françaises à la libération de la France.
18 mars Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire d’Alger portant sur les conditions et les buts de la politique française en ce qui concerne la guerre, la libération les rapports extérieurs et l’avenir du pays.
27 mars Le général de Gaulle prononce un discours au cours d’un débat à l’Assemblée consultative provisoire sur l’organisation des pouvoirs publics en France après la libération.
4 avril Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger annonçant que désormais des représentants de tous les partis siègent au Comité français de libération nationale (CFLN).
Le général de Gaulle reçoit le général Giraud, commandant en chef des Forces françaises
Par ordonnance, le général de Gaulle, président du Comité français de libération nationale (CFLN) est désormais seul chef des armées.
7 avril Le général de Gaulle inspecte la 1re division blindée au Maroc.
8 avril Par décret, le général Giraud est relevé de son commandement et refuse les fonctions d’inspecteur général de l’armée.
12-13 avril Le général de Gaulle inspecte l’armée B en Oranie et dans le Maroc oriental.
 14

et 17 avril

Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec Duff Cooper, ambassadeur de Grand-Bretagne, au sujet de son prochain  voyage aux Etats-Unis.
21 avril Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Alger évoquant les problèmes qui se poseront à la France après sa libération.
  L’article 17 de l’ordonnance portant organisation des pouvoirs publics en France après la libération accorde le droit de vote aux femmes.
28 avril Le général de Gaulle s’entretient à Alger avec l’ambassadeur soviétique Bogomolov sur l’Italie, la Pologne, et l’ostracisme dont le Comité français de libération nationale (CFLN) est victime lors des conférences interalliées.
1er mai Le général de Gaulle reçoit à Alger des délégués des syndicats.
6 mai Le général de Gaulle arrive à Tunis.
7 mai Le général de Gaulle prononce un discours à Tunis à l’occasion du premier anniversaire de la libération de la ville.
8 mai Le général de Gaulle visite l’arsenal de Ferryville puis regagne Alger.
17 mai Le général de Gaulle inspecte le front italien (Espera, San Giorgio Pico et Garigliano).
18 mai Le général de Gaulle rend hommage à Alger à la mémoire de Félix Eboué, à son action et à sa fidélité.
19 mai Le général de Gaulle signe une nouvelle ordonnance portant organisation des pouvoirs publics en France après la libération complétant celles des 10 janvier, 14 mars, et 20 avril 1944.
20 mai Les troupes françaises du général Juin emportent les défenses allemandes au Garigliano.
21 mai Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger à l’occasion de la Journée des prisonniers et déportés.
3 juin Le Comité français de libération nationale (CFLN) prend le nom de Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) dont le général de Gaulle est président.
  Le général de Gaulle quitte Alger pour Londres à l’invitation de Winston Churchill.
4 juin Le général de Gaulle s’entretient à Londres avec Winston Churchill au sujet du prochain débarquement et de l’administration des territoires libérés. Le général de Gaulle s’élève contre les projets anglo-américains. Winston Churchill lui répond : “Sachez-le: chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous choisirons le grand large“.
  Le général de Gaulle s’entretient avec le général Eisenhower qui lui communique le texte d’une proclamation au peuple français qu’il juge inacceptable.
  Les troupes du général Juin font leur entrée dans Rome.
6 juin Débarquement allié en Normandie.
  Le général de Gaulle prononce un discours à la BBC annonçant que “la bataille de France est engagée” et exhortant le peuple français à aider la progression des Alliés.
9 juin Le général de Gaulle signe une ordonnance fixant le statut des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
10 juin Le général de Gaulle s’entretient à Londres avec le général Walter bedell-Smith, chef d’état-major d’Eisenhower, qui le presse de se rendre à Washington pour y rencontrer le président Roosevelt. L’entretien porte en outre sur la “monnaie” émise par les Alliés et qu’ils destinent au territoires libérés, et la reconnaissance du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).
13 juin Le général de Gaulle s’embarque à bord du contre-torpilleur La Combattante à destination de la France.
14 juin Le général de Gaulle débarque près de Courseulles, rencontre le général Montgomery et gagne Bayeux.
  Le général de Gaulle prononce un discours à Bayeux et installe le premier commissaire de la République. “Nous sommes tous émus en nous retrouvant ensemble, dans une des premières villes libérées de la France métropolitaine, mais ce n’est pas le moment de parler d’émotion. Ce que le pays attend de vous à l’arrière du front, c’est que vous continuiez le combat aujourd’hui , comme vous n’avez cessé de le faire depuis le début de cette guerre, depuis juin 1940. Notre cri, maintenant comme toujours, est le cri du combat, parce que le chemin du combat est aussi le chemin de la liberté, et le chemin de l’honneur.
  Le général de Gaulle visite Isigny et Grandcamp.
15 juin Le général de Gaulle reçoit à Londres la visite d’Anthony Eden qui lui annonce que le président Roosevelt attend sa visite aux Etats-Unis pour réviser sa position à l’égard du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).
16 juin Le général de Gaulle quitte Londres pour Alger.
17 juin Le général de Gaulle arrive à Alger.
18 juin Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire rendant hommage à la volonté de résistance de la France.
26 juin Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire s’élevant contre les décisions unilatérales prises par les Anglo-Saxons en France libérée et insistant sur la nécessité du “respect intégral de la souveraineté française“.
27 juin Le général de Gaulle se rend en Italie, à Naples puis sur le front qu’il inspecte. Il s’y entretient avec les généraux Juin , Wilson, Alexander et Clark.
30 juin Le général de Gaulle est reçu en audience à Rome par le pape Pie XII.
5-12 juillet Le général de Gaulle effectue un voyage aux Etat-Unis et au Canada.
6-10 juillet Le général de Gaulle réside à Washington et s’entretient plusieurs fois avec le président Roosevelt.
10 juillet Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Washington évoquant entre autre l’avenir de l’Empire colonial français : “Je crois que chaque territoire sur lequel flotte le drapeau français doit être représenté à l’intérieur d’un système de forme fédérale dans lequel la métropole sera une partie et où les intérêts de chacun pourront se faire entendre“.
  Le général de Gaulle est reçu à New York par le maire La Guardia.
11 juillet Le général de Gaulle se rend à Québec puis à Ottawa où il s’entretient avec le Premier ministre canadien Mackenzie King.
  Le général de Gaulle prononce un discours devant le parlement fédéral d’Ottawa exaltant la fraternité d’armes du Canada et de la France.
  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Oattawa.
12 juillet Le général de Gaulle prononce un discours à Montréal
  Le gouvernement américain reconnaît l’autorité du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) sur les territoires français libérés.
13 juillet Le général de Gaulle est de retour à Alger.
25 juillet Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire affirmant la nécessité de poursuivre la guerre jusqu’à la victoire totale sur l’ennemi.
27 juillet Le général de Gaulle signe une ordonnance rétablissant la liberté syndicale. Ce texte sera complété par les ordonnances des 9 et 15 août 1944.
1er août Le général de Gaulle inspecte l’Ecole militaire de Cherchell.
3 et 4 août  Le général de Gaulle se rend à Naples et inspecte les forces françaises qui vont participer au débarquiement dans le Midi de la France.
7 août Le général de Gaulle prononce un discours à la radio d’Alger exaltant le rôle des troupes françaises dans la bataille de France.
15 août Débarquement allié sur la côte varoise.
18 août Le général de Gaulle quitte Alger pour la France via Casanblanca et Gibraltar.
La résistance parisienne déclenche le soulèvement contre les troupes d’occupation.
20 août Le général de Gaulle arrive en France sur l’aérodrome de Maupertuis.
  Le général de Gaulle rencontre le général Eisenhower.
  Le général de Gaulle prononce des discours à Cherbourg, Coutances, Avranches et Rennes.
22 août La 2e Division blindée du général Leclerc reçoit l’ordre de libérer Paris.
23 août Après Nogent-le-Rotrou et Chartres, le général de Gaulle entre à Rambouillet où il recontre le général Leclerc qui étudie avec lui les opérations pour libérer Paris : “C’est égal, Leclerc, libérer Paris avec une division blindée, nul chef français n’a jamais eu une chance plus grande, mais nul ne l’a mieux méritée. La chance des généraux en temps de guerre, c’est le bonheur des gouvernements et des peuples“.
25 août La 2e Division blindée libère Paris.
  Le général de Gaulle entre dans Paris à 16 heures par la Porte d’Orléans.
  Le général de Gaulle se rend à la gare Montparnasse, où le général Leclerc reçoit la capitulation du général von Choltitz, commadant des troupes d’occupation allemandes.
   Le général de Gaulle s’installe au ministère de la guerre, rue Saint-Dominique (VIIe).
  Après une visite à la préfecture de Police, le général de Gaulle se rend à l’Hôtel de Ville où il prononce un  discours en éloge à la résistance parisienne et aux soldats libérateurs.
26 août Le général de Gaulle descend les Champs-Elysées à pied puis assiste à un Magnificat à Notre-Dame de Paris.
28 août Le général de Gaulle reçoit les principaux chefs de la résistance parisienne et le Conseil national de la Résistance (CNR).
29 août Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé à l’occasion de la libération de Paris.
31 août Le siège du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) est transféré d’Alger à Paris.
1er septembre Le général de Gaulle reçoit François Mauriac à déjeuner.
3 septembre Le général de Gaulle reçoit Paul Valéry à dîner au ministère de la Guerre.
6 septembre Le général de Gaulle demande au général Eisenhower que les troupes françaises participent à l’invasion de l’Allemagne.
7 septembre Le général de Gaulle reçoit Georges Duhamel, secrétaire perpétuel de l’Académie française, à dîner au ministère de la Guerre.
9 septembre Des représentants des mouvements de résistance entrent au Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).
12 septembre Le général de Gaulle prononce un discours au Palais de Chaillot saluant les combats victorieux de la France et des Alliés et indiquant la voie du renouveau national.
13 septembre Le général Eisenhower informe le général de Gaulle de l’emploi qu’il envisage de faire des troupes françaises sur le front occidental.
14-18 septembre Le général de Gaulle effectue un voyage dans le Rhône, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, la Gironde et le Loiret.
14 septembre Le général de Gaulle est à Lyon.
15 septembre Le général de Gaulle est à Marseille et Toulon.
16 septembre Le général de Gaulle est à Toulouse
17 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Bordeaux.
18 septembre Le général de Gaulle est à Orléans puis regagne Paris.
23-26 septembre Le général de Gaulle effectue un voyage dans le Doubs, le Jura et la Meurthe-et-Moselle.
23 septembre Le général est à Besançon puis à Dole.
24 septembre Le général de Gaulle visite le poste de commandement du général de Lattre de Tassigny à Rougemont.
25 septembre Le général de Gaulle prononce un discours à Nancy.
26 septembre Le général de Gaulle est de retour à Paris.
30 septembre Le général de Gaulle signe une ordonnance organisant le régime nouveau de la Sécurité sociale.
7-9 octobre Le général de Gaulle effectue un voyage en Seine-Maritime, Eure et Calvados.
7 octobre Le général de Gaulle est à Forges-les-Eaux, Le Havre et Rouen.
8 octobre Le général de Gaulle prononce un discours à Rouen puis visite Louviers, Le Neubourg et Lisieux.
Le général de Gaulle prononce un discours à Caen.
9 octobre Le général de Gaulle regagne Paris.
12 octobre Le général de Gaulle signe l’ordonnance fixant la composition de l’Assemblée consultative élargie.
14 octobre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé à l’occasion des premiers combats de la bataille du Rhin.
17 octobre Le général de Gaulle signe une ordonnance procédant à la refonte des allocations familiales.
21-23 octobre Le général de Gaulle effectue un voyage dans l’Est.
21 octobre Le général de Gaulle se rend à Troyes, Chaumont et Luxeuil.
22 octobre Le général de Gaulle inspecte la 1re DFL et la 3e DIA près de Remiremont et fait étape à Besançon.
23 octobre Le général de Gaulle prononce un discours à Dijon et regagne Paris.
  Le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) qu’il préside est reconnu par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union soviétique.
25 octobre Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Paris sur la situation politique et militaire.
28 octobre Le général de Gaulle impose au gouvernement la dissolution des milices patriotiques.
29 octobre Le général de Gaulle oppose une fin de non-recevoir au Conseil national de la Résistance (CNR) qui lui  demande de revenir sur la dissolution des milices patriotiques.
30 octobre Le général de Gaulle invite Roosevelt et Churchill à venir le rencontrer à Paris.
1er novembre Le général de Gaulle prononce un discours au château de Vincennes en hommage aux résistants fusillés et déportés.
4-6 novembre Le général de Gaulle effectue un voyage dans le Lyonnais, le Dauphiné et la Savoie.
4 novembre Le général de Gaulle prononce des discours à Lyon, Ambérieu, Seyssel et Annecy.
5 novembre Le général de Gaulle prononce des discours à Ugine, Albertville, Chambéry, Thônes et Grenoble.
6 novembre Le général de Gaulle regagne Paris.
9 novembre Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion de l’installation de l’Assemblée consultative provisoire au palais du Luxembourg.
10-12 novembre Le général de Gaulle reçoit à Paris Anthony Eden et Winston Churchill. Au cours de leurs entretiens, le général de Gaulle est invité à faire partie de la Commission européenne à Londres et la France obtient une zone d’occupation en Allemagne.
13 novembre Le général de Gaulle inspecte le front de Lorraine en compagnie de Winston Churchill.
18 novembre Le général de Gaulle institue la Haute Cour qui devra juger les responsables du régime de Vichy.
19 novembre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé exaltant le rôle de l’armée française dans la bataille d’Alsace et de Lorraine et indiquant le sens à donner à l’effort national de reconstruction.
22 novembre Le général de Gaulle prononce le discours de clôture du débat sur les Affaires étrangères à l’Assemblée consultative provisoire.
23 novembre Les houillères du Nord et du Pas-de-Calais sont mises sous séquestre.
24 novembre Le général de Gaulle quitte Paris pour effectuer un voyage officiel en Union soviétique.
25 novembre Le général de Gaulle s’entretient avec le roi Farouk au Caire.
  La 2e Division blindée du général Leclerc investit Strasbourg.
26 novembre Le général de Gaulle s’entretient avec le Shah d’Iran à Téhéran.
27 novembre Le général de Gaulle est à Bakou.
28 novembre Le général de Gaulle visite le champ de bataille de Stalingrad.
1er décembre Le général de Gaulle arrive à Moscou.
2 décembre Le général de Gaulle s’entretient avec le maréchal Staline à Moscou.
4 décembre Une réception est donnée en l’honneur de la délégation français par le ministre des Affaires étranggères Molotov.
6 décembre Le général de Gaulle s’entretient avec le maréchal Staline en présence de MM. Molotov, Bogomolov, Bidault, Garreau et Dejean.
8 décembre Le général de Gaulle s’entretient avec le maréchal Staline à Moscou.
10 décembre Le général de Gaulle signe avec le maréchal Staline le traité d’alliance et d’assitance mutuelle franco-soviétique, sans avoir reconnu la mainmise communiste sur la Pologne.
11 décembre Le général de Gaulle quitte Moscou.
13 décembre Le général de Gaulle est à Bakou.
14 décembre Le général de Gaulle est au Caire.
15 décembre Le général de Gaulle est à Tunis.
16 décembre Le général de Gaulle est de retour à Paris.
21 décembre Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative provisoire expliquant l’intérêt historique du traité franco-soviétique.
23 décembre Les usines Renault sont nationalisées.
24 décembre Le général de Gaulle inspecte la 1re armée à Strasbourg et la 2e division blindée à Erstein.
25 décembre Le général de Gaulle inspecte la 2e division marocaine à Thann, la 1re division blindée à Altkirch et la division Magnan à Mulhouse.
29 décembre Le général de Gaulle reçoit Jacques Maritain à Paris et le convainc d’accepter l’ambassade de France près le Saint-Siège.
31 décembre Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusée insistant sur la nécessité de l’unité nationale.

1945

1er janvier  Contre les ordres de repli sur les Vosges donnés par le commandement allié, le général de Gaulle ordonne au général de Lattre de défendre Strasbourg coûte que coûte.
3 janvier  Le général de Gaulle s’entretient avec Eisenhower et Churchill sur la défense de l’Alsace.
13-15 janvier  Le général de Gaulle se rend à Nantes et à Angers.
15 janvier  Le Goouvernement provisoire de la République française adresse un mémorandum aux gouvernements américain, soviétique et britannique dans lequel il déplore la mise à l’écart de la France des conférences internationales.
17 janvier  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé après l’échec de la contre-offensive allemande des Ardennes et fait état des mesures d’assistance à la population prises pour l’hiver par son gouvernement.
22 janvier  Le général de Gaulle prononce un discours à la Sorbonne à l’occasion de la réouverture solennelle de l’université de Paris.
25 janvier  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Paris et fait une déclaration de politique générale à propos de la relation de la France avec les Alliés, du redressement économique et des prochaines élections municipales et législatives.
27 janvier  Le général de Gaulle s’entretient à Paris avec Harry Hopkins, envoyé spécial du président Roosevelt de la crise franco-américaine.
   Le général de Gaulle visite les communes de la proche banlieue parisienne et prononce des discours à Boulogne, Montrouge, Sceaux, Ivry, Saint-Maur et Nogent-sur-Marne.
28 janvier  Le général de Gaulle visite les communes de la proche banlieue pariesienne et prononce des discours à Neuilly-sur-Seine, Asnières, Saint-Denis, Aubervilliers, Noisy-le-Sec, Montreuil-sous-Bois et Vincennes.
   Ouverture de la conférence interalliée de Yalta à laquelle la France n’a pas été invitée.
5 février  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé sur les projets de guerre et de paix de son gouvernement.
11 février  Le général de Gaulle effectue un voyage enAlsace et en Lorraine libérées. Il se rend à Strasbourg, Mulhouse, Colmar et Metz.
13 février  Le général de Gaulle décline l’invitation du président Roosevelt  à le rencontrer à Alger.
15 février  Le général de Gaulle prononce un discours à l’accsion de la fête du Tet.
20 février  Dans un communiqué, le général de Gaulle fait connaître les raisons pour lesquelles il a décliné l’invitation du président Roosevelt de se rendre à Alger.
22 et 25 février  Le général de Gaulle signe les deux ordonnances instituant les comités d’entreprises.
2 mars  Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative sur l’état de la France et du monde.
4 mars  Le général de Gaulle prononce un discours à Limoges et se rend à Oradour-sur-Glane.
5 mars  Le général de Gaulle prononce un discours à Périgueux.
10 mars  Le général de Gaulle donne l’ordre au général Mordant, commandant en chef en Indochine de résister par tous les moyens à l’attaque japonaise.
14 mars  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé condamnant l’agression japonaise en Indochine et faisant l’éloge de la résistance des troupes françaises à l’occupant.
21 mars  Le général de Gaulle fait une déclaration relative à l’Indochine devant l’Assemblée consultative.
29 mars  Le général de Gaulle donne l’ordre au général de Lattre de Tassigny de franchir à tous prix le Rhin pour s’emparer de Karlsruhe et de Stuttgart.
2 avril  Le général de Gaulle prononce un discours place de la Concorde à l’occasion de la remise des drapeaux à 131e unités nouvelles ou reconstituées des armées de terre, de mer et de l’air.
   Le général de Gaulle prononce un discours place de l’Hôtel de Ville à l’occasion de la remise de la croix de la Libération à la ville de Paris.
6-7 avril  Le général de Gaulle inspecte la 1ere armée en Rhénanie et franchit le Rhin à Spire pour se rendre à Karlsruhe.
8 avril  Le général de Gaulle donne l’ordre au général Sabatier de se maintenir en Indochine.
8-9 avril  Le général de Gaulle effectue une tournée d’inspection dans les Alpes.
8 avril  Le général de Gaulle se rend à Valence pui à Grenoble où il inspecte la 27e DIA.
9 avril  Le général de Gaulle prononce un discours à Nice puis inspecte la 1ere DFL à Beaulieu-sur-Mer.
12 avril  Mort de Franklin D. Roosevelt. Le vice-président Harry Truman lui succède.
21-22 avril  Le général de Gaulle se rend à Royan au lendemain de la libération de la ville.
21 avril  Le général de Gaulle est à Cognac.
22 avril  Le général de Gaulle se rend à Saintes, Royan et Cognac.
23 avril  Le général de Gaulle donne l’ordre au général de Lattre de Tassigny de tenir et d’administrer les territoires allemands conquis par les troupes françaises jusqu’à ce que les zones d’occupation aient été délimitées par les Alliés.
24 avril  Le général de Gaulle place sous l’autorité de la France les territoires de six communes alpines italiennes jusqu’au col de Tende inclus, ainsi que la région de la basse Roya.
25 avril  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé annonçant les succès des armées françaises en Allemagne, en Italie et dans l’embouchure de la Gironde.
   Le général de Gaulle donne l’ordre au général de Lattre de Tassigny de maintenir un gouverneur militaire à Stuttgart pour tous les districts du Palatinat déjà occupés.
28 avril  Mort de Mussolini à Dongo.
30 avril  Suicide d’Adolf Hitler à Berlin.
1er mai  Le général de Gaulle adresse une lettre au général Eisenhower sur l’emploi des troupes françaises en Allemagne et sur les zones d’occupation qui doivent leur être attribuées.
4 mai  La division Leclerc atteint Berchtesgaden.
7 mai  En présence du général Sevez, représentant le gouvernement français, le général Jodl signe la capitulation de toutes les forces allemandes à Reims.
8 mai  Ratification de la capitulation allemande à Berlin en présence du général de Lattre de Tassigny.
   Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé annonçant la victoire.
   Le général de Gaulle prononce un discours à Orléans.
   Le général de Gaulle se rend à Strasbourg et assiste à un Te Deum dans la cathédrale. André Malraux et la brigade Alsace-Lorraine sont présents.
   Avec la complicité des autorités britanniques, des manifestations antifrançaises éclatent en Syrie.
9 mai  Le général de Gaulle adresse un ordre du jour aux armées de terre, de mer et de l’air : “Vous avez à garantir la paix qui naîtra de la victoire dans laquelle notre pays va recouvrir et accroître sa puissance et sa grandeur“.
15 mai  Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative où il fait un historique de la guerre qui s’achève.
19-20 mai  Le général de Gaulle effectue un voyage d’inspection en Allemagne : Stuttgart, Constance et Augsbourg.
24 mai  Le général de Gaulle prononce un discours radiodifffusé sur les tâches que la nation doit accomplir pour assurer son renouveau.
25 mai  Le général de Gaulle offre un déjeuner en l’honneur du maréchal Montgomery au ministère de la Guerre.
28 mai  Le général de Gaulle décore le général Eisenhower de la croix de la Libération.
29 mai  Le général de Gaulle invite le président Truman à se rendre en France au cas où celui-ci déciderait d’effectuer une tournée européenne.
30 mai  Les troupes françaises rétablissent l’ordre à Damas. le gouvernement ordonne le cessez-le-feu.
2 juin  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Paris sur les désordres en Syrie.
7 juin  Le général de Gaulle adresse au président Truman un message de protestation à propos de la présence de troupes américaines dans une région frontalière de l’Italie conquise par les troupes françaises, et des menées britanniques en Syrie.
10 juin  Le général de Gaulle se rend en Normandie et prononce des discours à Saint-Lô, Coutances et Alençon.
14 juin  Le général de Gaulle préside un dîner offert en l’honneur d’Eisenhower.
18 juin  Place de la Concorde, le général de Gaulle assiste au défilé de l’armée française en présence du sultan du Maroc.
   Le général de Gaulle assiste pour la première fois à la cérémonie commémorative de l’appel du 18 juin 1940 au Mont-Valérien.
19 juin  Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative à la fin des débats sur les événements du Levant.
26 juin  Le général de Gaulle signe une ordonnance portant nationalisation des transports aériens.
30 juin-1er juillet  Le général de Gaulle effectue un voyage en Auvergne en compagnie du sultan du Maroc: Clermont-Ferrand, Issoire et Aurillac.
5 juillet  Le général de Gaulle accepte l’invitation du président Truman à se rendre aux Etats-Unis.
9 juillet  Le conseil des ministres décide que le pays sera consulté par référendum pour déterminer si l’Assemblée prochainement élue sera constituante.
11 juillet  Le général de Gaulle prononce un discours à la Sorbonne à l’occasion de la remise des prix du Concours général.
12 juillet  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé portant sur la consultation du pays au sujet du futur régime constitutionnel.
14 juillet  Le général de Gaulle passe en revue la 1re armée à Vincennes en compagnie du bey de Tunis.
17 juillet  Ouverture de la conférence de Potsdam qui réunit Truman, Staline et Churchill (bientôt remplacé par Attlee). La Conférence s’achèvera le 12 août.
21-23 juillet  Le général de Gaulle effectue un voyage en Bretagne et à La Rochelle.
21 juillet  Le général de Gaulle prononce un discours à Brest sur les problèmes constitutionnels.
22 juillet  Le général de Gaulle se rend à Qumiper, Vannes et Lorient.
23 juillet  Le général de Gaulle visite les chantiers et prononce un discours à Saint-Nazaire puis se rend à La Rochelle et La Palisse.
29 juillet  Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée consultative qui vient de rejeter le projet de référendum du gouvernement sans formuler aucun avis positif en matière constitutionnelle.
6 août  La première bombe atomique explose sur Hiroshima.
7 août  Le général de Gaulle reçoit pour la première fois André Malraux.
11-13 août  Le général de Gaulle effectue un  voyage dans l’Oise, la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.
11 août  Le général de Gaulle se rend à Beauvais, Amiens et Béthunes où il prononce un discours faisant l’éloge du dynamisme économique de la région du Nord.
12 août  Le général de Gaulle prononce des discours à Dunkerque, Calais et Boulogne. A Calis, le général de Gaulle est reçu par son beau-frère, Jacques Vendroux, maire de la ville.
13 août  Le général de Gaulle regagne Paris.
17 août  Le général de Gaulle commue la peine de mort prononcée contre le maréchal Pétain en détention perpétuelle.
   Le général de Gaulle nomme l’amiral Georges Thierry d’Argenlieu haut-commissaire de France et le général Leclerc commandant des troupes françaises en Indochine.
19 août  Le général de Gaulle désigne le général Leclerc pour représenter le gouvernement français à la signature de l’acte de capitulation du Japon.
   L’ordonnance fixant le régime des élections de l’Assemblée constituante et du référendum prévus pour le 21 octobre paraît au Journal officiel.
21-30 août  Le général de Gaulle effectue un voyage officiel aux Etats-Unis et au Canada.
22 août  Le général de Gaulle arrive à Washington où il s’entretient à deux reprises avec le président Truman.
24 août  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à l’ambassade de France à Washington sur les rapports franco-américains, l’occupation de l’Allemagne et l’avenir des colonies françaises.
25 août  Le général de Gaulle s’entretient avec le président Truman à Washington.
26 août  Le général de Gaulle se rend à New York.
27 août  Le général de Gaulle se rend à Chicago et à Ottawa.
29 août  Le général de Gaulle s’entretient avec le Premier ministre canadien MacKenzie King à Ottawa.
30 août  Le général de Gaulle regagne la France.
2 septembre  Le général Leclerc signe, au nom du gouvernement français l’acte de capitulation du Japon à bord du cuirassé Missouri en rade de Yokohama.
4 septembre  Le général de Gaulle prononce un discours à l’occasion du 75e anniversaire de la République annonçant les questions qui seront posées à la nation lors du référendum du 21 octobre.
10 septembre  A la veille de la première réunion des ministres des Affaires étrangères à Londres, le général de Gaulle accorde un entretien au correspondant parisien du Times évoquant la situation politique en Europe occidentale et les problèmes de la Ruhr et de la Rhénanie.
15 septembre  Le général de Gaulle fait paraître Trois Etudes (recueil d’articles parus avant la guerre)  aux Editions Berger-Levrault
19 septembre  Le général de Gaulle s’entretient avec M. Soong, président du Yuan exécutif de la République chinoise à propos des incidents provoqués en Indochine par la présence des troupes chinoises.
   Le général de Gaulle donne des instructions à l’amiral Georges Thierryd’Argenlieu, haut-commissaire de France en Indochine et au général Leclerc, commandant le corps expéditionnaire : “Prenez pied dans le Sud, c’est-à-dire en Cochinchine et dans le sud-Annam, ainsi qu’au Cambodge et au Laos. Ramenez-y l’ordre et la paix. A partir de là, prenez tous les contacts possibles avec toutes les tendances quelles qu’elles soient qui se partagent le nord de l’Indochine Tonkin et Annam du Nord. Mais n’y allez pas en force avant que je vous le prescrive“.
22 septembre  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé sur les institutions et la remise en marche de l’économie.
24 septembre  Le général de Gaulle inspecte la 1ere DFL à Chelles.
25 septembre  Le général de Gaulle s’entretient avec De Gasperi, ministre des Affaires étrangères italien sur les délibérations de la conférence de Londres et la rectification des frontières entre la France et l’Italie.
   Le général de Gaulle inspecte la 2e division blindée à Nancy.
3-5 octobre  Le général de Gaulle effectue un voyage dans la zone française d’occupation en Allemagne.
3 octobre  Le général de Gaulle se rend à Sarrebruck, Trèves et Coblence.
4 octobre  Le général de Gaulle se rend à Mayence, Neustadt et Fribourg.
5 octobre  Le général de Gaulle se rend à Baden-Baden.
   Le général de Gaulle prononce un discours à Strabourg sur les perspectives d’une entente européenne.
9 octobre  Le général de Gaulle signe l’ordonnance portant organisation  de l’Institut d’études politiques et de l’Ecole nationale d’administration (ENA).
9-11 octobre  le général de Gaulle effectue un voyage officiel en Belgique.
10 octobre  Le général de Gaulle est reçu par le prince-régent et le gouvernement belge à Bruxelles.
11 octobre  Le général de Gaulle est fait docteur honoris causa de l’université de Bruxelles.
12 octobre  Le général de Gaulle tient une conférence de presse à Paris sur la situation internationale.
15 octobre  Pierre Laval est fusillé à la prison de Fresnes.
17 octobre  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé à la veille du référendum et des élections législatives du 21 octobre.
19 octobre  Le général de Gaulle signe une ordonnance instituant l’assurance sociale obligatoire pour tous les salariés.
21 octobre Référendum et élection de l’Assemblée nationale constiuante. 18584 746 “oui” à la première question “L’Assemblée devrait-elle être ou non constituante?” et 12 794 913 “oui” à la seconde sur les pouvoirs de ladite Assemblée. Sont élus : 159 députés communistes et apparentés, 146 socialistes et apparentés, 150 MRP, 29 radicaux, 42 UDSR, 53 modérés et 7 non-inscrits.
30 octobre  Le général de Gaulle crée par ordonnance le Commissariat à l’énergie atomique ” afin de poursuivre les recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie atmique dans les divers domaines de la sciences, de l’industrie et de la défense nationale”.
 Le général de Gaulle acquiert la propiété de Vert-Coeur à Milon-la-Chapelle pour y installer, selon les voeux de Madame de Gaulle, la fondation Anne de Gaulle.
1er novembre  Le général de Gaulle signe la loi portant organisation provisoire des pouvoirs publics (désignation du gouvernement, établissement de la constitution et pouvoirs de l’Assemblée).
4-6 novembre  Le général de Gaulle effectue un voyage en Haute-Savoie, en Savoie et en Isère.
5 novembre  Le général de Gaulle prononce un discours à Annecy.
6 novembre  Le général de Gaulle prononce des discours à Chambéry et à Grenoble.
   L’Assemblée nationale constituante tient sa première séance.
11 novembre  Le général de Gaulle préside une cérémonie à la mémoire des victimes des deux guerres place de l’Etoile à Paris.
13 novembre  Le général de Gaulle est élu à l’unanimité des 555 votants président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) par l’Assemblée nationale constituante sans qu’il ait posé sa candidature.
16 novembre  Le général de Gaulle remet son mandat à la disposition de l’Assemblée en raison des exigences du parti communistes relatives à l’attribution de portefeuilles à ses représentants.
17 novembre  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé expliquant les raisons de sa décision de remettre son madat à la disposition de l’Assemblée.
19 novembre  Le général de Gaulle est de nouveau élu part l’Assemblée président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF).
23 novembre  Le général de Gaulle présente son gouvernement et expose son programme devant l’Assemblée nationale constitutante.
2 décembre  Nationalisation de la Banque de France et des grandes banques de dépôt à compter du 1er janvier 1946.
10 décembre  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé  rappelant ses principes d’action gouvernementale : “Indépendance, production et unité“.
31 décembre  Le général de Gaulle prononce un discours radiodiffusé à l’occasion de la fin de l’année.
 Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée nationale constituante, au cours des débats sur les crédits de la Défense nationale.

1946

1er janvier  Le général de Gaulle prononce un discours devant l’Assemblée nationale constituante: “Veut-on un gouvernement qui gouverne ou bien veut-on une Assemblée omnipotente déléguant un gouvernement pour accomplir ses volontés?”.
3 janvier  Elisabeth, la fille aînée du général de Gaulle épouse le chef d’escadron Alain de Boissieu.
7-14 janvier  Le général de Gaulle effectue un séjour à titre privé au Cap d’Antibes, à la ville Sous-le-Vent.
16 janvier  Le général de Gaulle est pris à parti par le président Herriot à l’Assemblée nationale constituante au sujet des citations accordées à des soldats français pour des opérations commandées en Afrique du Nord par l’amiral Darlan contre les Anglo-Américains.
20 janvier  Le général de Gaulle réunit ses ministres au ministère de la Guerre, rue Saint-Dominique pour leur annoncer sa décision de se retirer devant la réapparition  “du régime exclusif des partis”.
23 janvier  Le général de Gaulle reçoit le général Leclerc à Colombey-les-deux-Eglises.
24 janvier  Le premier numéro de la revue Belles Lectures publie un texte du général de Gaulle servant d’introduction à Servitudes et grandeurs militaires d’Alfred de Vigny, analyse de la condition du soldat et de la nécessité pour le chef d’avoir “prise sur les âmes”.
26 janvier  Formation du gouvernement par Félix Gouin.
31 janvier  Vincent Auriol est élu président de l’Assemblée nationale constituante.
7 avril  Le général de Gaulle reçoit sa famille proche à Marly à l’occasion de ses noces d’argent.
5 mai  Comme le souhaitait le général de Gaulle, le projet de constitution présenté par l’Assemblée constituante est rejeté par référendum (10 584 359 “non” contre 9 454 034 “oui”).
12 mai  Le général de Gaulle se rend en Vendée, à Mouilleron-en-Pareds, où il prononce un discours devant la tombe de Georges Clemenceau.
29 mai  Le général de Gaulle se rend à Genève pour assiter au mariage de sa nièce Geneviève de Gaulle (dont il est le témoin) avec Bernard Anthonioz.
30 mai  Le général de Gaulle s’installe à la Boisserie dont les travaux de remises en état sont terminés.
2 juin  Election de la seconde Assemblée nationale constituante. Sont élus 146 communistes, 115 SFIO, 160 MRP, 39 RGR et 62 modérés.
12 juin  Le gouvernement Félix Gouin démissionne.
14 juin  Seul candidat, Vincent Auriol est élu président de l’Assemblée nationale constituante.
16 juin  Le général de Gaulle se rend à Bayeux pour présider les fêtes organisées pour le deuxième anniversaire de la libération de la ville.
   le général de Gaulle prononce à Bayeux un discours  rappelant ses vues en matière constitutionnelle : le chef de l’Etat “placé au-dessus des partis”, “arbitre au-dessus des contingences politiques” doit être par ses décisions “le garant de l’indépendance nationale“. Le général de Gaulle souhaite l’institution d’une seconde chambre où siègeraient “des représentants des organisations économiques, familiales, intellectuelles, pour que se fasse entendre, au-dedans même de l’Etat, la voix des grandes activités du pays“.
18 juin  Le général de Gaulle préside, au Mont-Valérien, la cérémonie commémorative de l’appel du 18 juin 1940.
19 juin  Formation du gouvernement par Georges Bidault.
28 juillet  Le général de Gaulle se rend en Lorraine à Robert-Espagne (Meuse) pour rendre hommage aux communes de la vallée de Saulx incendiées par les troupes allemandes.
   Le général de Gaulle prononce un discours à Bar-le-Duc (Meuse) soulignant la nécessité de la division de l’Allemagne et celle d’une alliance franco-britannique.
27-29  août  Le général de Gaulle effectue un voyage en Bretagne.
27 août  Le général de Gaulle est à Brest (Finistère) où il se prononce contre le nouveau projet de constitution débattu à l’Assemblée dans lequel le chef de l’Etat n’a qu’un rôle honorifique et livre la politique du pays aux errements d’une Assemblée nationale par nature divisée.
28 août  Le général de Gaulle se rend à l’ïle de Sein à laquelle il remet la croix de la Libération et regagne Brest dans la soirée
29 août  Le général de Gaulle est de retour à Colombey-les-deux-Eglises.
19 septembre  Dans un entretien avec la presse, le général de Gaulle s’élève contre le projet de constitution que l’Assemblée constituante a adopté en première lecture.
29 septembre  Le général de Gaulle effectue un voyage à Epinal (Vosges)  pour présider les cérémonies du deuxième anniversaire de la libération de la ville.
 Le général de Gaulle prononce un discours à Epinal critiquant le nouveau projet de constitution.
9 octobre  Le général de Gaulle fait une déclaration par laquelle il invite les électeurs à repousser le projet de constitution.
13 octobre  Référendum  sur le projet de constitution: le projet est adopté par 53,25% des suffrages exprimés  alors qu’un tiers des électeurs s’est abstenu.
1er novembre  Le général de Gaulle fait une déclaration sur les nouvelles institutions affirmant que  “le système qu’institue la constitution est absurde et périmé et que s’il n’est pas profondément changé, il va peser lourdement sur nos nouvelles destinées“.
10 novembre  Elections législatives : sont élus 166 communistes, 90 SFIO, 158 MRP, 55 RGR,5 Union gaulliste, 70 modérés.
28 novembre  Démission du gouvernement de Georges Bidault.
8 décembre  Elections cantonales.
16 décembre  Formation du gouvernement par Léon Blum.
28 décembre  Le général de Gaulle déclare qu’il ne sera pas candidat à la présidence de la République.